La rédaction

La grande couronne veut séduire les touristes

Dans un contexte où le tourisme en région parisienne a été durement impacté ces derniers mois par les attentats, la grande couronne rassemble les atouts pour redynamiser l’offre touristique en Île-de-France.

Faites le test. Demandez à un touriste, français ou étranger, de partager avec vous ses images de Paris. Il y a toutes les chances qu’il vous parle de la tour Eiffel, des Champs-Élysées et du Louvre. Peut-être élargira-t-il son tour d’horizon à Versailles et Disneyland. En revanche, il est peu probable qu’il cite la cité médiévale de Provins (77), Auvers-sur-Oise (95) ou le parc naturel de la Haute vallée de Chevreuse (78, 91). Autant de sites disposant de forts atouts touristiques mais qui n’entrent pas aujourd’hui dans l’imaginaire que l’on a de Paris et sa région.


Attirer les touristes en dehors du centre historique

Ce tropisme des touristes pour le cœur de ville n’est pas propre à la capitale. Comme le souligne l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) dans une étude publiée en mai, de nombreuses autres grandes métropoles font face à une saturation de leur hypercentre. Le défi à relever pour elles consiste donc à assurer une meilleure irrigation de leur territoire. C’est le cas par exemple d’Amsterdam, qui a accueilli cette année 12 millions de touristes et qui s'efforce de les inciter à choisir un hébergement dans les villes situées en périphérie.

Pour Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme Paris Île-de-France, si « Paris reste la porte d’entrée de la destination, il est clair toutefois que l’avenir se situe en grande couronne, où il convient désormais de pérenniser l’offre existante, d’en développer une nouvelle et de la promouvoir auprès des Franciliens et des touristes français et étrangers. »

Comme l’écrit l’IAU dans son étude, « l’ensemble de la région pourrait davantage tirer parti des nombreux atouts culturels et touristiques situés dans sa périphérie. Il s’agirait pour cela de renforcer l’attractivité des sites culturels parfois méconnus des touristes, voire des Franciliens eux-mêmes, à l’instar par exemple des châteaux de Fontainebleau (77), d’Écouen (95) ou de Vaux-le-Vicomte (77), du musée de l’Air et de l’Espace au Bourget (93), de la Ferme du Buisson à Noisiel (77) ou encore du Centre photographique d’Île-de-France à Pontault-Combault (77) ».


Inciter les touristes à séjourner plus longtemps

« Ces territoires hors des sentiers battus peuvent intéresser les repeaters, c’est-à-dire les touristes qui n’en sont pas à leur premier séjour à Paris, souligne Marion Tillet, chargée d’études tourisme et équipements à l’IAU. Ils ont déjà visité le Louvre et la tour Eiffel et veulent rapporter autre chose de leur voyage. » L’élargissement de l’offre est aussi une manière de retenir les voyageurs plus longtemps, ce qui constitue un autre enjeu de la destination Paris Île-de-France. « Nous sommes aujourd’hui la première destination en nombre de visiteurs mais pas en ce qui concerne le panier de dépenses moyen, indique Frédéric Valletoux. Si Paris est le joyau de la couronne, il y a d’autres pierres précieuses, notamment en grande couronne, qui peuvent compléter et enrichir la destination. Cela passe entre autres par le développement du tourisme rural, d’autant que le monde agricole a beaucoup souffert ces derniers mois. » 


Faciliter l’accès aux sites en dehors de Paris

« Le problème, ce n’est pas l’offre, c’est plutôt la manière de la présenter, de la packager et de communiquer, analyse Marion Tillet. C’est aussi l’accès aux sites. »

Ce manque de dessertes en transports en commun est en l’occurence l’un des points faibles du parc naturel (PNR) du Vexin français (à cheval entre le Val-d’Oise et les Yvelines).  « C’est pourquoi nous avons mis en place l’opération Baladobus, de mai à fin septembre, afin de faciliter les déplacements sur le territoire du parc, témoigne Jean-Luc Briot, responsable du service tourisme du PNR. Nous allons par ailleurs travailler de plus en plus avec les trois autres parcs naturels franciliens sur des outils de promotion car nous proposons souvent les mêmes activités. Les PNR sont une belle vitrine pour la Région. »


Faire émerger des parcours thématiques

Autre idée, l’élaboration de parcours thématiques à l’image de la « Destination impressionnisme », mise en place conjointement par les régions Normandie et Île-de-France et qui a donné lieu à une édition spéciale du Guide du Routard sortie en avril dernier. On y retrouve des sites comme Barbizon (77), Auvers-sur-Oise (95) ou Yerres (91), lieux qui ont inspiré Van Gogh, Monet, Caillebotte et consorts. « L’Île-de-France et la Normandie travaillent aussi actuellement sur un projet de Véloroute Paris - Le Havre. Une réflexion est en cours sur la manière de faire de cet axe un levier de développement économique et touristique », livre Marion Tillet. Enfin, un « Circuit de la gastronomie » est à l’étude dans les Yvelines, en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, en Seine-et-Marne, ainsi qu’à Paris afin d’accompagner la création de la Cité de la Gastronomie à Rungis (94). La grande couronne n’a définitivement pas fini de faire parler d’elle.

Photo : Vaux-le-Vicomte (77) © Moreau/FlickR

Tags

Ce 15 septembre, la présidente de la Région, Valérie Pécresse, a rencontré les professionnels du tourisme afin d'évoquer le contexte actuel et de réfléchir à des propositions pour relancer le tourisme à court et à long terme.
Dossier

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore les parcs naturels franciliens, un week-end découverte est organisée les 11 et 12 avril. Iledefrance.fr est parti en éclaireur afin d'illustrer d'autres façons de vivre en périphérie des grands centres urbains, sachant que les parcs naturels représentent 18% de la surface régionale et abritent plus de 380.000 habitants.

Article

À Chambourcy, dans les Yvelines, subsiste un rare exemple de jardin à fabriques. Ce parc dans lequel ont été bâtis des édifices pittoresques témoigne de la vogue pour les jardins anglais et l’orientalisme au XVIIIe siècle.

Reportage vidéo

L'Île-de-France, ce n'est pas que du bitume, c'est aussi du vert. La preuve avec ce survol en paramoteur du parc naturel du Vexin, à cheval entre les Yvelines et le Val-d'Oise. Alors si vous cherchez des idées de sorties au grand air, vous pouvez télécharger l'appli « Parcs naturels IDF » disponible gratuitement sur mobiles.

Reportage

Niché dans l’écrin de verdure de son parc arboré de trois hectares, le Château de Monte-Cristo fut la demeure d’Alexandre Dumas de 1844 à 1851, et le théâtre de somptueuses fêtes… Avant que l’auteur des Trois Mousquetaires soit rattrapé par la réalité, et ses créanciers.

Reportage vidéo

Les plages de sable blanc et l'eau cristalline ne sont pas réservées à ceux qui partent en vacances sous les tropiques. À l'île de loisirs de Jablines (77), on n'a pas à rougir des comparaisons, juste du soleil.