@futur_en_seine

Et si on pouvait discuter avec les machines comme avec les humains?@smartly_ai crée #voice et #chatbots #futuria t.co/CJ1rDQbsgg
.@NaturSoftware expose son interface numérique collaborative et #VR au #CES2017 ... et à #FUTURia ! t.co/CJ1rDQbsgg
J-6 #FUTURia Feriez-vous confiance à un bot pour tweeter à votre place ?
@LADN_EU vous conseille de venir à #FUTURia pour découvrir les dernières innovations en intelligence artificielle. 🙂t.co/6x97UbY0Ez
@LADN_EU vous conseille de venir à #FUTURia pour découvrir les dernières innovations en intelligence artificielle. 🙂t.co/6x97UbGpfZ

Envoyer un tweet

Xavier Frison

Le futur entre en Seine

L’édition 2013 du festival du numérique, Futur en Seine, anticipe la région de demain. Déambulation au milieu du bouillon d’innovations présentées au CentQuatre à Paris, ouvert à tous ce week-end.

Au festival Futur en Seine, inauguré le 13 juin au CentQuatre à Paris, même le bon vieux baby-foot est truffé d’innovations. Activé par une carte magnétique, il transmet en temps réel les données des matchs sur le Web (nom des équipes, scores, résultats). Le coup de poignet et le talent restent, eux, 100% humains. Aussi agile et causant soit-il, Sami, le robot du stand d’à côté (photo ci-contre), ne peut encore tenter ni gamelles ni pissettes. Et son crâne blanc de se colorer de rouge, signe de contrariété pour le grand garçon du Centre de robotique intégrée d’Île-de-France.

Pendant que Sami boude, d’autres invitent au voyage. L’application Vu du RER C, déjà disponible sur smartphones et tablettes, donne à voir le patrimoine des territoires traversés par la ligne, tout en fournissant les informations utiles à l’usager sur son trajet, comme les horaires des prochains trains ou un fil de messagerie instantané dédié. Une façon de « vivre les transports autrement » et de « promouvoir une vision positive du territoire », selon Sylvie Tissot, initiatrice du projet.

La citoyenneté par le jeu

Plus loin, au bout d’une des étroites travées garnies d’écrans, on se presse dans l’Isoloir, sorte de Photomaton grimé en machine à voter (visuel ci-contre). Son destin : familiariser les 13-18 ans avec la démocratie à travers un serious game pensé en trois étapes. Les jeunes votent d’abord sur un sujet choisi, sans aucun échange pédagogique préalable. Suit une phase de documentation et d’information autour du sujet abordé, avant un nouveau vote et un débat sur la différence de résultats observés. « Il s’agit de faire prendre conscience des enjeux de la démocratie et de redonner la notion de citoyenneté aux adolescents », résume Pascale Garreau, responsable de la communication pour l’Isoloir, dont une version en ligne est prévue pour la rentrée scolaire.

Tout l’écosystème du numérique en ligne

Penchés sur un écran tactile géant, ceux-là sont en âge de voter. Ce qui intéresse ce patron d’une start-up francilienne, c’est d’ajouter sa boîte à la Tech on map, la carte des acteurs du numérique de la Région. Loïc Haÿ, chargé de mission à La Fonderie, l'agence numérique d'Île-de-France, s’exécute tout en expliquant le concept à l’entrepreneur : « Notre carte interactive recense le maximum d’entreprises, lieux de coworking ou lieux informels qui font l’activité numérique de la région. L’idée est d’avoir une vision claire de l’état de l’écosystème du numérique en Île-de-France. » Entre-temps, porté par l’enthousiasme des adolescents qui l’entourent, Sami a viré au vert… et regarde l’avenir avec le sourire.

Tags