@iledefrancefr

@GroupeLaPoste Bonjour, suivez-nous désormais sur le compte officiel @iledefrance. Merci ;)
@93600INFOS Bonjour, suivez-nous désormais sur le compte officiel @iledefrance. Merci ;)

Envoyer un tweet

Xavier Frison

« Les Fab labs sont une incarnation physique du Web »

En préambule à notre article sur les Fab labs à paraître dans «Île-de-France» n° 48, en octobre, Fabien Eychenne, chef de projet à la Fondation Internet nouvelle génération (Fing), décrypte ces lieux d’un nouveau genre.

Un Fab lab, c’est quoi ?

F E : C’est un espace ouvert dans lequel on va retrouver des compétences, des connaissances, des machines et une communauté. Cela permet de développer des projets et de réaliser des prototypes physiques. Mais, à la pratique, on se rend compte qu’on est moins intéressé par la technique que par la rencontre des gens : c’est une incarnation physique de ce qu’a permis le Web. Après avoir bidouillé derrière leur écran avec les blogs, le code HTML, le traitement de l’image, les gens quittent leur écran pour aller se rencontrer. Ils ont pris de l’assurance, une forme de pouvoir et se disent : « Ce qu’on a fait dans le numérique, faisons-le dans le monde physique. »

Que représentent les Fab labs en France ?

F E : Il existe une vingtaine de Fab labs dans l’Hexagone. Le premier à avoir endossé la charte des Fab labs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), c’est Toulouse. Ils s’organisent souvent en association, avec un porteur du lieu, un « fab manager » pour accompagner les gens, mais pas vraiment de hiérarchie. C’est une logique très horizontale inspirée de la culture du Web où les gens peuvent se mobiliser sans forcément monter des structures officielles.

À quel public sont destinés les Fab labs ?

F E : Ils sont ouverts à tous. Pas besoin de diplôme ou de compétences particulières. Même si maîtriser la découpe laser ou les logiciels de conception 3D ne s’improvise pas, les barrières d’accès au savoir sont très basses, grâce notamment au partage des compétences entre usagers. De plus en plus, les profils rencontrés ne viennent pas forcément du numérique ou de l’ingénierie.

Combien ça coûte ?

F E : En général, les Fab labs affichent des prix très bas. Certains demandent une adhésion comme pour une association de 10 à 30 euros annuels, d’autres une participation par journée, d’autres sont gratuits hors consommables. Mais, partout, les projets sont publiés en licence libre pour permettre à d’autres de les utiliser : c’est la création de bien commun.

Comment se financent ces lieux ?

F E : C’est la grande question. L’investissement de base en matériels n’est pas énorme, 20 à 40.000 euros, mais il faut les trouver et faire fonctionner le lab au quotidien. Les institutions peuvent mettre la main au portefeuille, les collectivités, l’Europe également, voire des fondations d’entreprises privées, le mécénat, etc. Pour l’instant, les aides « extérieures » sont indispensables.

Peut-on vraiment y fabriquer tous les objets du quotidien ou est-ce encore un peu prématuré ?

F E : C’est trop tôt pour le dire. Par exemple, on ne fait pas tout ce qu’on veut avec une imprimante 3D aujourd’hui. Je suis réservé sur l’énormité du buzz consistant à dire : « On va changer le monde avec l’imprimante 3D. » D’ailleurs, le Fab lab, ce n’est pas que l’imprimante 3D : on peut créer des cartes électroniques, travailler le bois, etc.

Qu’est-ce que les Fab labs vont changer dans la vie des Franciliens ces 10 prochaines années ?

F E : L’évolution des machines permettra de travailler plus de matériaux, de meilleure qualité. La création d’entreprises, l’émergence de nouveaux projets, l’innovation seront boostés. La production sera surtout de la petite série, pour des marchés de niches. Elle se relocalisera de plus en plus, mais dans une forme nouvelle, avec une très forte robotisation : beaucoup d’ingénieurs, moins d’ouvriers. Les Fab labs auront peut-être le même destin que ces minuscules entreprises du Web dont les innovations ont révolutionné l’économie mondiale.

Tags

Crédit photo portrait : jeanbaptisteparis / FlickR

 

 

 

Où sont-ils ?

Pour localiser un Fab lab en Île-de-France ou ajouter un lieu à la base de données, rendez-vous sur Techonmap.fr. D’autres cartes des Fab labs en France : http://goo.gl/Vf2hkC, http://goo.gl/1PnRaX. Le wiki de la communauté (en anglais) : http://wiki.fablab.is.
Un dé multifacettes fabriqué avec une imprimante 3D au Fab lab du Carrefour numérique
Reportage

Avant son ouverture officielle en septembre 2013, le laboratoire de fabrication de la Cité des sciences, à Paris, ouvre ses portes aux curieux en avant-première pendant le festival Futur en Seine.