Julie Védie

Après les attentats, un tourisme francilien à la peine…

Conséquence des attaques terroristes de novembre : hôtels et monuments ont accusé, en décembre, une baisse significative de leur fréquentation. À Paris plus qu'ailleurs en Île-de-France.

Réservations de chambres d’hôtel, visites de monuments, trafic aérien… Les conséquences des tragiques événements du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis (93) ne sont pas fait attendre. Selon le baromètre du comité régional du tourisme Paris-Île-de-France, la fréquentation touristique a baissé d’environ 32% à Paris en novembre 2015 par rapport à novembre 2014. Même observation pour Aéroports de Paris qui enregistre une baisse de 6% du trafic aérien sur la 2e quinzaine de novembre par rapport à la même période de l’an dernier. Les monuments et sites franciliens ont pâti de l’annulation des visites de groupes, notamment scolaires, à cause du renforcement du plan Vigipirate, enregistrant une baisse de 20 à 40 % de leurs entrées à Paris, et de 5 à 20 % dans le reste de la région juste après les attentats. Du côté des hôtels, l’effet a été immédiat : les taux d’occupation dans la capitale ont subi une baisse de 20 à 30 points au cours de la première semaine suivant le 13 novembre. L’ouverture de la COP 21 a heureusement contrebalancé assez rapidement cette chute.

Sur l’année 2015, entre les attentats de janvier et ceux de novembre, le bilan d’ensemble est mitigé. À Paris, le Louvre et le Musée du quai Branly voient leur nombre de visiteurs baisser respectivement de 6 et 7%. Les châteaux de Versailles (78) et de Fontainebleau (77) accusent, eux, une chute de 4 et 9% de leur fréquentation. Le Centre des monuments nationaux (CMN), qui gère 18 sites en Île-de-France (la Basilique de Saint-Denis, le Château de Maisons, la Conciergerie…), voit sa fréquentation reculer de 3%, et encore plus nettement à l’Arc de Triomphe et à la Sainte-Chapelle.

 

#ParisWeLoveYou

Les professionnels du tourisme francilien n’ont pas tardé à réagir. Un mois à peine après les attentats, Alliance 46.2, qui regroupe 21 entreprises du secteur touristique, a lancé la campagne #ParisWeLoveYou pour conforter l’attractivité de Paris. Le principe : inviter les internautes à partager des photos montrant leur attachement à Paris pour créer une mobilisation collective via les réseaux sociaux. « Quand se produit ce genre d’événements comme les attentats de novembre, il faut éviter de lancer des opérations de promotion du tourisme : ça ne sert à rien, explique Frédéric Pierret, directeur général d’Alliance 46.2. La seule chose à faire c’est de rassurer, dire aux gens qu’ils peuvent venir, que la vie ne s’est pas arrêtée, que les Parisiens sortent. »

Plus de 80 ambassadeurs (des acteurs du tourisme comme AccorHotels, le Château de Versailles, le Centre Pompidou, Aéroports de Paris… mais aussi des entreprises comme Carrefour ou la SNCF) ont rejoint l’opération. « La première semaine après les attentats a été très violente », explique Anne Clerc, directrice des relations institutionnelles pour AccorHotels, un groupe qui possède environ 330 hôtels en Île-de-France et s’est immédiatement associé à cette initiative. « Au-delà de l’émotion liée aux attentats, il y a un besoin de défendre l’image de Paris et de la France, de réenchanter la destination », ajoute-t-elle. Près de 30.000 publications ont déjà été partagées avec le hashtag #ParisWeLoveYou (+ 20% la semaine dernière), et 8.000 photos de profil des contributeurs déjà rassemblées serviront à recouvrir un logo géant #ParisWeLoveYou qui sera installé durant la première semaine de février dans un lieu emblématique de la capitale.  

Photo Paris : © Jean-Lionel Dias/Le Carton/Picturetank
Photo Fontainebleau : © Stéphanie Lacombe/Picturetank

 

Tags