31 mars 2017

Fermeture des voies sur berges : la pollution se déplace - Nécessité de mettre en oeuvre de mesures compensatoires

Selon les mesures d’Airparif réalisées durant la période d’expérimentation de la fermeture des voies sur berges, la tendance à la baisse de la pollution à Paris est interrompue, pour la première fois depuis dix ans, confirmant ainsi les analyses du Comité régional d’évaluation, présidé par le Professeur Carli. Ces mesures montrent que la pollution de l’air  s’accroît sur le quai Henri IV, sur le quai des Célestins, sur les carrefours les plus congestionnés des quais hauts et sur les itinéraires de reports comme le boulevard Saint Germain, le Périphérique ou l’autoroute A 86. Ces résultats  montrent que le scénario actuel de fermeture des voies sur berge ne fait que déplacer le problème de la pollution, sans le régler.

La Région Île-de-France, chef de file des collectivités sur la qualité de l’air, rappelle qu’elle s’est engagée dans la mise en place d’un plan régional pour la qualité de l’air « Changeons l’air en Île-de-France 2016-2021 » en multipliant par 13 le budget régional dédié à la lutte contre la pollution, l’amélioration de la qualité de l’air et, de fait, la santé des Franciliens.

Les mesures d’Airparif confortent la nécessité de la mise en œuvre des mesures compensatoires proposées par la Région Ile-de-France le 14 mars dernier pour accompagner le projet de fermeture progressive des voies sur berges, notamment la création de 6 carrefours intelligents sur les quais hauts et le boulevard Saint-Germain pour les fluidifier et lutter contre la pollution de l’air qui y a augmenté (jusqu’à +10 %).La Région constate que la mairie de Paris accueille favorablement la mise en œuvre de carrefours intelligents et lui demande qu’elle participe à son cofinancement. Parmi les autres mesures compensatoires proposées par la Région : la création d’un bus électrique à haut niveau de service sur les quais hauts, la création de places de parkings à tarif attractif pour les utilisateurs des transports en commun et les co-voitureurs, des mesures de protections phoniques pour les riverains et les commerçants des quais de Seine et sur les itinéraires de report. La Région et le STIF sont prêts à co-financer l’ensemble des mesures proposées.

La Région Ile-de-France soutient également la demande d’Airparif de poursuivre une campagne de mesures en mai-juin 2017. Elle demande au préfet de police de prolonger de trois mois la durée de l’expérimentation, afin de permettre la mise en œuvre de cette campagne de mesures et d’avoir un bilan sur une année de la situation.

La Région demande enfin au préfet de police d’étudier les deux scénarios alternatifs de piétonisation douce élaborés par l’IAU, qui réduirait la pollution de l’air et qui seraient acceptables par tous.

 

Contact presse : servicepresse@iledefrance.fr