22 août 2016

Face aux récoltes catastrophiques, Valérie Pécresse vient en aide aux agriculteurs pour réussir la moisson 2017

L'Île-de-France, considérée depuis toujours comme le grenier à blé de l'Europe, vient de connaître la plus mauvaise moisson de l'après-guerre. Suite aux fortes inondations du printemps et au manque de soleil pendant les mois les plus cruciaux du développement des céréales, les exploitations franciliennes accusent des chutes de rendement de 50% en moyenne, et allant jusqu'à 70% dans certaines zones.

Cette moisson catastrophique a engendré une perte globale de chiffre d'affaires de 500 à 600 millions d'euros pour la céréaliculture francilienne. Après 3 années de prix très déprimés, les céréaliers doivent faire face à cette lourde perte qui pèse fortement sur leur trésorerie et hypothèque, pour certains, la mobilisation des moyens nécessaires aux préparatifs de la prochaine campagne. 

Dans ce contexte difficile, Valérie Pécresse a décidé de débloquer 6.5 millions d'euros pour les céréaliers, pour venir en soutien dans leurs investissements et préserver le capital génétique de la filière céréalière francilienne. Pour réussir la moisson de 2017, la Région Île-de-France encouragera les agriculteurs à investir dans des semences certifiées de qualité en céréales d'automne, afin d'éviter de ressemer la mauvaise récolte de 2016 et un effet « domino » préjudiciable à toute la filière. Ainsi, chaque agriculteur francilien pourra faire ses prochains semis avec des semences certifiées de qualité, au prix de la semence de ferme.

Le dispositif de cette aide régionale ainsi que ses modalités seront présentés à la prochaine séance du conseil régional, le 22 septembre 2016.

Cette mesure exceptionnelle de soutien aux céréaliers s'ajoute au million d'euros consacré aux maraîchers et aux éleveurs à la suite des inondations.