9 juin 2016

Europe : la stratégie de Paris pour attirer les investissements étrangers

Alors qu’en Grande-Bretagne le débat sur le Brexit bat son plein, la Place financière de Paris s’est livrée, ce 8 juin 2016, à une démonstration de jeu collectif, histoire d’attirer les investisseurs et investissements étrangers.

Ce 8 juin 2016, le tapis rouge était de sortie pour accueillir les participants à la manifestation « Place financière de Paris : Welcome to Europe ! », organisée dans le quartier d’affaires de La Défense. Un tapis rouge déroulé pour les investissements étrangers si les Britanniques votent en faveur de la sortie de leur pays de l’Union européenne le 23 juin prochain.

Jouer collectif pour attirer de nouveaux investissements étrangers

Au siège d’Euronext, où se tient ce rassemblement de décideurs économiques, institutionnels (1) et financiers, le même message est décliné sur tous les tons : personne n’espère le Brexit, mais tout le monde s’y prépare… Et pour montrer les muscles de la place financière de Paris et attirer des investissements étrangers, nombreux sont les intervenants qui s’aventurent sur le terrain de l’ovalie, prêts à défier la « perfide Albion » : « Nous devons jouer collectif » succède aux traditionnels « Tout le monde doit pousser dans le même sens ».

Co-fondateur du fonds d’investissements Raise, Gonzague de Blignières imagine tous les scenarii possibles, distinguant les retombées à court et à moyen termes d’un possible Brexit. Mais il prévient : « Ne tablons pas sur la faiblesse éventuelle de l’Angleterre. Ce qui compte, en fait, c’est de consolider nos forces, de rendre plus simples nos démarches administratives ! »

Une stratégie pour une région pro-business

À l’initiative de cette rencontre entre banquiers et start-uppers, Valérie Pécresse, la présidente de Région, est venue délivrer un message musclé : « Il n’y a pas d’économie puissante sans finance puissante ! Oui, que voulez-vous, moi, j’aime la finance… quand elle est au service des entreprises. » Assumant sa stratégie pro-business, Valérie Pécresse fixe le cap : « L’Île-de-France doit être la destination privilégiée en Europe pour la localisation ou la relocalisation d’activités, dans la finance, bien sûr, mais aussi dans l’industrie, la recherche, le high-tech... » Et de détailler les mesures engagées par la Région pour y parvenir, du marketing territorial à l’aide aux entreprises.

Vers plus de lycées internationaux

Pour accueillir les familles d’impatriés et préparer les jeunes Franciliens à cette ouverture sur le monde, Valérie Pecresse compte également mobiliser l’offre de formation. « Je viens d’inaugurer un splendide lycée international à Fontainebleau (77). Nous en ouvrons un autre à la rentrée prochaine à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis. »  Pas encore suffisant à ses yeux. Il en faudrait un « dans le nord des Hauts-de-Seine, à proximité de La Défense », et un à Saclay (91).

De nouveaux projets pour promouvoir la Place de Paris

De son côté, l’association Europlace a formulé ses propositions pour doper la place financière de Paris et conforter l’attractivité de l’Île-de-France : accélérer la réalisation du Charles-de-Gaulle Express, faire émerger une smart city autour du Grand Paris Express, conforter le financement du projet Eole, mettre en valeur l’A1, développer un incubateur spécialisé dans le secteur financier, rationnaliser les aides aux entreprises ou encore afficher l’ambition de faire reconnaître l’Île-de-France comme l’une des trois Global Cities pour l’innovation dans le monde. Des chantiers colossaux et essentiels qui nécessiteront, pour certains, du temps, des financements et un cap politique assumé. Brexit or not Brexit.

 

(1) L’événement rassemblait la Région Île-de-France, le Département des Hauts-de-Seine et la Mairie de Paris.