La rédaction

La Région s'engage pour la préservation du parc forestier de la Poudrerie

Le parc de Seine-Saint-Denis attire un million de visiteurs par an. La Région va investir 2,5 M€ de 2018 à 2022 pour son fonctionnement et sa mise en valeur.

Situé au croisement des communes de Sevran, Livry-Gargan, Vaujours et Villepinte (93) et traversé par le canal de l'Ourcq, le parc forestier de la Poudrerie est inscrit aux sites classés. Cela pour son caractère historique et pittoresque hérité des activités de la manufacture nationale de poudres datant de 1873. Il est également intégré au site Natura 2000 de la Seine-Saint-Denis, au titre de la protection des oiseaux.

La conjugaison de ces qualités naturelles, paysagères et architecturales fait du parc de la Poudrerie un site unique en son genre, qui attire un million de visiteurs par an.

À l'issue de la convention de gestion du Parc arrivée à échéance au 31 décembre 2016, l'État et les collectivités locales concernées se sont mobilisés pour établir de manière concertée des modalités de gestion garantissant la pérennité de l'ouverture au public du parc.

La Région investira 2,5M€ sur la période 2018-2022 pour :

  • révéler le patrimoine à travers la rénovation du bâti et sa valorisation auprès des usagers,
  • ouvrir le parc sur la ville grâce à une meilleure signalétique et une meilleure accessibilité,
  • mieux accueillir les usagers en leur offrant de nouveaux services,
  • intensifier les usages notamment aux franges du parc.

Le protocole entérine également les engagements financiers des partenaires. Sur un budget prévisionnel s'élèvant à 8,5 M€ HT (3,8 M€ consacrés aux aménagements du parc et 4,7M€ à la remise en état du bâti), 6 M€ font d'ores et déjà l'objet d'engagements fermes de la part des différents partenaires.

Concernant l'investissement :

  • L'État contribue à la sécurisation et la réhabilitation du bâti en péril à travers une contribution exceptionnelle en 2017 de 2 M€ au titre de la dotation de soutien à l'investissement public local (DSIL). Cette contribution financera la rénovation et la dépollution du centre de nature de Villepinte, la mise en sécurité du centre nature de Sevran et la mise en sécurité et la réhabilitation de la grande halle de Villepinte. Elle est complétée par une contribution de 108.000€ du ministère de la Transition écologique et solidaire pour les travaux de mise en sécurité de quatre zones du parc, qui doivent démarrer en janvier 2018.
  • L'Établissement public territorial Paris terres d'envol s'engage à financer 260.000€, la Région 200.000€, la commune de Livry-Gargan 30.000€ et celle de Vaujours 10.000€ au titre des cofinancements requis dans le cadre de la DSIL.
  • Le Conseil départemental et la Région s'engagent tous deux à financer la moitié des autres investissements relatifs aux aménagements du parc, soit une contribution de 1,9 M€ chacun.

Concernant le fonctionnement :

  • Le Conseil départemental et la Région financeront la moitié des frais de fonctionnement n'excédant pas 900.000€ pour 2018, soit 450.000€ chacun.

Le protocole définit enfin les modalités de gouvernance. Le comité de pilotage sera coprésidé par le président du Conseil départemental et la présidente de la Région, et un conseil consultatif des associations sera institué.

Photo : © Région Île-de-France

Portfolio

À cheval sur Sevran, Livry-Gargan, Villepinte et Vaujours (93), ce magnifique espace boisé de 113 hectares borde le canal de l'Ourcq. Avec ses aires de jeux pour enfants, ses belles pelouses et ses larges allées pour se promener à pied ou à vélo, il est un poumon vert au cœur d'un territoire fortement urbanisé.

Valérie Pécresse a proposé des solutions, ce 7 novembre, pour que l'ouverture au public du grand parc de Seine-Saint-Denis reste possible malgré les baisses de dotations de l'État.