Production ciné-TV soutenue : « L'Empereur de Paris » sur Ciné+

du jeudi 28 mai au mardi 30 juin 2020

À voir à partir du 28 mai 2020 une nouvelle adaptation des aventures de Vidocq, l'ex-bagnard qui deviendra policier pour combattre la pègre. Un film tourné en Île-de-France avec Vincent Cassel.

120 productions ciné-TV aidées chaque année

La Région soutient 120 productions par an, dans tous les genres : 

  • Fiction,
  • Documentaire,
  • Animation.

Pour le cinéma, au stade de la production ou de la post-production. 

Pour l'audiovisuel, sur des productions unitaires et des séries, destinées à la télévision ou aux plateformes de streaming.

Dans tous les cas, cette aide est remboursable dès que la production bénéficiaire est rentabilisée.

L'Empereur de Paris

Produit avec le soutien de la Région, L'Empereur de Paris, de Jean-François Richet, est une (nouvelle) adaptation à l'écran de la vie rocambolesque de Vidocq, sortie en salle le 19 décembre 2018.

Tournage en Île-de-France malgré un coût plus élevé

Le bagnard devenu indicateur puis policier sous le règne de Napoléon est cette fois interprété par Vincent Cassel. Avec, à ses côtés, Patrick Chesnais, August Diehl et Olga Kurylenko entre autres.

Une aide bonifiée

Au-delà de son soutien habituel à la production, la Région accorde des bonus en cas de dépenses liées à l'utilisation de technologies innovantes ou de dépenses exceptionnelles réalisées en Île-de-France.

Le film, comme d'autres en costumes, aurait pu être tourné à Prague pour coûter moins cher. Mais le réalisateur a préféré l'Île-de-France. Des dépenses exceptionnellement élevées qui ont valu au film de bénéficier d'une aide bonifiée de la Région, comme le prévoit la politique régionale de soutien au cinéma depuis 2017.

« Je suis redevable de mon pays, je suis un enfant de la République, se justifie Jean-François Richet. Chaque fois que je pourrai défendre l’exception française, je le ferai. D’autant qu’on a d’excellents artisans. Les producteurs étaient sur la même ligne. Beaucoup auraient dit : “Il y a ce qu’il faut à Prague, on y va.” Éric et Nicolas Altmayer ont dit non. Des producteurs qui vous laissent la possibilité de rêver… C’est rare. Restait à faire en sorte de maîtriser le budget. Les remaniements du scénario ont été une nécessité. Avec Éric Besnard, on a retravaillé une quinzaine de versions afin que notre rêve soit réalisable sans aucune concession artistique. »

Informations pratiques

Adresse

sur Ciné+

France

Aide régionale (Fonds de soutien) : 630.000 euros (à Mandarin Productions)

Durée : 1h59

Tarification

Payant