La rédaction

Les élus régionaux demandent la dépénalisation universelle de l'homosexualité

Afin d'aller plus loin dans le combat contre l'homophobie et les discriminations, la Région a adopté à l'unanimité, ce 1er juin, le vœu que la France demande la dépénalisation universelle de l'homosexualité auprès des Nations unies.

Pour poursuivre son combat contre l'homophobie, le Conseil régional a émis le vœu, le 1er juin 2018, de mandater Valérie Pécresse, présidente de la Région de porter, au nom de l’ensemble des élus, une déclaration demandant la dépénalisation universelle de l’homosexualité au niveau des Nations unies :

« Conformément à l’engagement de la France en faveur de la lutte contre les violations des droits de l’Homme fondées sur l’orientation sexuelle, le Conseil régional d’Île-de-France est pleinement mobilisé dans la lutte contre l’homophobie et souhaite être pilote aux côtés des États, des institutions et des ONG qui luttent au quotidien aux côtés des personnes violentées, condamnées et tuées pour porter le message d’une dépénalisation universelle de l’homosexualité. Car, aujourd’hui, encore 74 pays à travers le monde pénalisent l’homosexualité par des amendes, de la prison, de la torture et 13 d’entre eux condamnent les homosexuels à la peine de mort. Aussi, au nom de l’ensemble des élus du Conseil régional d’'Île-de-France, je demande au gouvernement français de porter auprès de l’Assemblée générale des Nations unies à appel pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité, affirmant que les droits de l’homme s’appliquent de la même manière à chaque être humain, indépendamment de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. Un tel appel avait déjà permis de sensibiliser la communauté internationale, il avait été porté par le gouvernement français en 2008 et avait été approuvée par 57 États. Il est temps que notre pays se mobilise à nouveau auprès de toujours plus d’États pour que l’Assemblée générale des Nations unies se prononce enfin en faveur d’une dépénalisation universelle de l’homosexualité et considère cette question comme prioritaire au regard des drames quotidiens que vivent de nombreuses personnes dans le monde en raison de leur orientation sexuelle, allant de la privation de libertés jusqu’à la mort. Nous demandons que les libertés individuelles de tous s’appliquent sans entrave et que les actes homophobes soient universellement condamnés. Nous demandons l’adoption par l’Assemblée générale des ations unies d’un principe de dépénalisation universelle de l’homosexualité. »

L'action de la Région contre l'homophobie
La Région Île-de-France a fait de la lutte contre l’homophobie une priorité à travers un engagement global dans tous ses domaines de compétences. Cet engagement passe notamment par un appel à projets annuel de lutte contre les discriminations doté de 600.000 €, le soutien à grands événements festifs tels que de la Marche des fiertés ou les Gay Games, grand rassemblement sportif de lutte contre l’homophobie qui se tiendra à Paris en août 2018. Dans le domaine culturel également, la Région est auprès des acteurs engagés dans la lutte contre l’homophobie, comme les organisateurs du festival Chéries Chéris consacré aux films traitant d’homosexualité. Elle a également soutenu le téléfilm Baisers cachés et le documentaire Les Invisibles diffusés sur France 2 en 2017, ainsi que le film 120 Battements par minute, récompensé à Cannes la même année. Enfin, la Région concentre une part importante de son action contre l'homophobie dans les lycées.
Pour plus d'infos sur l'action de la Région contre l'homophobie, cliquez ici.

Photo : © William Alix