Publié le 21 octobre 2020

Des distributeurs de protections périodiques dans les lycées

Des distributeurs de protections périodiques dans les lycées

Crédit photo : Hugues-Marie DUCLOS - Région Île-de-France

Depuis la rentrée scolaire 2020, des distributeurs de protections périodiques sont installés dans 31 lycées publics franciliens. Cette expérimentation, qui profite pour le moment à 13.000 lycéennes, réduit les inégalités et lève le tabou autour de la précarité menstruelle.

Lutter contre l'inégalité face au coût des protections périodiques

Dans le milieu scolaire, 6% des jeunes filles auraient déjà manqué les cours car elles n’ont pas pu se procurer de protections périodiques en raison du coût de celles-ci. Ce chiffre grimpe à 12% dans les milieux les plus précaires. 

La Région Île-de-France s’engage pour l’égalité entre les femmes et les hommes, y compris par le biais d’actions pédagogiques dans les lycées. Elle a ainsi démarré une expérimentation en septembre 2020 : l’installation de distributeurs de protections périodiques gratuites dans ses établissements scolaires.

31 lycées équipés de distributeurs de protections périodiques

Ce dispositif vise à améliorer la condition des jeunes filles, en particulier des plus défavorisées, et contribue à réduire les inégalités entre les lycéennes et les lycéens, les territoires et les catégories sociales.

Tous les lycées publics et privés franciliens concernés à terme

Si l'expérimentation s’avère concluante, les distributeurs de protections périodiques pourront être installés dans l'ensemble des lycées d'Île-de-France :

  • Les 465 lycées publics,
  • Les 204 lycées privés sous contrat s'ils le souhaitent. 

31 lycées franciliens publics, sélectionnés selon des critères sociaux et géographiques parmi les 465 d'Île-de-France, sont équipés en distributeurs de protections périodiques depuis la rentrée 2020.

Les protections proposées répondent aux meilleurs standards sanitaires et écologiques disponibles en étant composées de matériaux biologiques, sourcés et traçables.

Une dimension sociale et pédagogique

Les établissements peuvent mettre en œuvre des projets éducatifs autour de cette installation, au bénéfice de tous les élèves, filles comme garçons. Une meilleure documentation sur le sujet permet de libérer la parole et de briser le tabou autour de la précarité menstruelle, et des règles en général. Ce cadre pédagogique peut  notamment permettre d’aborder les thèmes d’égalité, de santé ou encore d’accès aux droits. 

Déjà 31 lycées concernés

En étant installés dans 31 établissements franciliens, les distributeurs de protections périodiques profitent déjà à 13.000 lycéennes.