25 janvier 2016

Déménagement du siège régional : le processus est lancé

Le but ? Regrouper d’ici trois ans l’ensemble des services au sein d'un siège régional sur un seul et même site, hors de Paris.

Le déménagement du siège régional au-delà du périphérique est symbolique de la nécessité d’un rééquilibrage à l’est. Il est aussi nécessaire car permettra de moderniser le fonctionnement des services de la Région et d'augmenter leur efficacité, mais aussi de doter le conseil régional d'une administration moderne, respectueuse des normes environnementales, technologiques et d’accessibilité. 

Par ailleurs, le regroupement des agents et des élus sur un site unique permettra de réaliser des économies considérables. Aujourd’hui, le siège régional se retrouve éparpillé sur 15 sites en Île-de-France dont sept hôtels particuliers au cœur de Paris (voir carte ci-contre pour les localiser et la carte ci-dessous pour plus d'informations), soit un patrimoine de 250 millions d’euros. À cela s’ajoutent plusieurs immeubles en location dans les plus beaux quartiers de la capitale pour plus de 26 millions d’euros de loyer par an. L’ensemble des bâtiments occupés représente 64.456 m², dont 33.353 m² dont la Région est propriétaire.

Cette décision de déménager le siège du conseil régional a été votée en assemblée plénière ce 21 janvier, avec une échéance fixée à mi-mandat, autrement dit d’ici à 2018.

Un nouveau siège régional au service d'un nouveau projet régional

Le nouveau lieu devra non seulement répondre aux besoins de la collectivité, mais aussi être facilement accessible (en transports en commun ou par la route) pour les agents et les élus.

« Nous devons des comptes aux Franciliens, il y a des possibiltés d'économies », lance Valérie Pécresse qui plaide pour « une politique de sobriété dans la gestion des deniers publics ». Tout en soulignant ces enjeux, la présidente pointe une situation « hors d'âge » avec des élus qui ne travaillent pas aux côtés de l'administration.

« Nous avons besoin de rebâtir un projet régional », conclut-elle, considérant que le décloisonnement des services du conseil régional doit être source pour les agents d'un nouvel « épanouissement professionnel ».

Plus de détails sur les 15 sites actuels du conseil régional (locations ou propriétés, surfaces, services, effectifs...), sur cette carte interactive :