Publié le 23 février 2021

Défi 3 du Plan alimentation : assurer une alimentation éthique et durable

Crédit photo : Région Île-de-France

Avec son Plan pour une alimentation locale, durable et solidaire, la Région Île-de-France mobilisera près de 1 milliard d’euros d’ici 2030 pour relever 5 grands défis déclinés en 66 propositions. Le 3e défi consiste à assurer une alimentation sans pollution ni gâchis.

Le Plan pour une alimentation locale, durable et solidaire, adopté le 4 février 2021, s’organise autour de 5 défis ayant pour objectif de garantir aux Franciliens une alimentation en circuit court, saine, de qualité et accessible à tous.

Intitulé « Assurer une alimentation éthique et durable », le 3e défi vise à réduire l'empreinte carbone de l'agriculture francilienne, lutter contre le gaspillage alimentaire et sensibiliser les lycéens à une alimentation saine.

Découvrez les 14 propositions du 3e défi créé par la Région pour une Île-de-France comestible. 

Catégories

Descriptif

N°41. Transport-Innovation

Pour qui ? 

  • Les exploitants agricoles,
  • Les transformateurs,
  • Les entreprises du commerce de gros,
  • Les logisticiens,
  • Les start-up,
  • Les artisans, les commerçants détaillants, notamment des marchés, et les restaurateurs,
  • La marque « Produit en Île-de-France »,
  • Les consommateurs.

Comment ? 

  • En favorisant la logistique durable à bas carbone des produits alimentaires,
  • En rationalisant et en mutualisant les flux logistiques,
  • En optimisant les livraisons des circuits courts et de proximité,
  • En inventant de nouveaux systèmes de logistique, distribution et traçabilité,
  • En innovant pour rendre notre système alimentaire plus durable,
  • En organisant un hackathon pour inviter la communauté des start-up à proposer des solutions innovantes en matière de logistique, de gestion des flux, de distribution, de traçabilité…

 

N°42. Pour un étiquetage volontaire du coût carbone

Pour qui ? 

  • Les exploitants agricoles,
  • Les transformateurs,
  • Les entreprises du commerce de gros,
  • Les logisticiens,
  • Les artisans, les commerçants détaillants, notamment des marchés, et les restaurateurs,
  • Les producteurs de la marque « Produit en Île-de-France »,
  • Les consommateurs. 

Comment ? 

  • En favorisant la logistique durable à bas carbone des produits alimentaires,
  • En mettant en place un logiciel du coût carbone et encourager la proximité par le coût carbone,
  • En mutualisant la logistique, en optimisant les flux et livraison des circuits courts et de proximité.

 

N°43. Encourager le recours au vrac

Pour qui ? 

  • Les exploitants agricoles,
  • Les transformateurs,
  • Les logisticiens,
  • Les intermédiaires et grossistes, les distributeurs et détaillants,
  • Les consommateurs.

Comment ? 

  • En favorisant la logistique durable à bas carbone des produits alimentaires,
  • En stimulant le recours au vrac : simplifier les process, réduire le recours aux emballages, améliorer ainsi l’empreinte carbone,
  • En lançant, dans le cadre des 192 propositions de la COP régionale, un appel à projets pour favoriser le vrac dans tous les magasins d’ici 2025.

 

N°44. Développer le recours à la consigne pour réemploi

Pour qui ? 

  • Les agriculteurs,
  • Les transformateurs,
  • Les start-up,
  • Les consommateurs.

Comment ? 

  • En limitant l’utilisation des ressources et rendre notre système alimentaire plus durable,
  • En incitant les agriculteurs et les transformateurs à la consigne pour réemploi des emballages,
  • En facilitant le partage d’expériences sur les contenants réutilisables,
  • En soutenant des projets innovants et expérimentaux qui visent au développement des contenants réutilisables,
  • En fidélisant la clientèle des marchés de plein air,
  • En éliminant, dans le cadre des 192 propositions de la COP régionale, les emballages plastiques d’ici 2030 et non 2040.

Descriptif

N°45. Structurer des filières agricoles équitables assurant un juste retour aux producteurs

Pour qui ?  

  • Les agriculteurs et les acteurs économiques des filières agroalimentaires.

Comment ? 

  • En développant la contractualisation au sein des filières agricoles et alimentaires pour garantir aux producteurs des prix rémunérateurs pour assurer la pérennité de leur activité,
  • En limitant l’utilisation des ressources et rendre notre système alimentaire plus durable.

 

N°46. Développer un approvisionnement durable des restaurants scolaires des lycées

Pour qui ? 

  • Les acteurs de la chaîne alimentaire,
  • Les lycéens et les consommateurs dans les lycées.

Comment ? 

  • En achetant des produits franciliens en local et en développant l’offre de la centrale d’achat régionale pour les gestionnaires des lycées,
  • En faisant en sorte que le cahier des charges pour la centrale régionale intégre des clauses zéro OGM, huile de palme et poisson pêché en eau profonde, œufs de poules élevées en plein air,
  • An créant un nutriscore des produits et en communiquant auprès des lycéens à l’entrée des restaurants scolaires,
  • En limitant l’utilisation des ressources et rendre notre système alimentaire plus durable.

 

N°47. Créer un réseau pour éviter le gaspillage alimentaire (REGAL d’Île-de-France)

Pour qui ? 

  • Les acteurs de la chaîne alimentaire,
  • Les associations,
  • Les consommateurs.

Comment ? 

  • En réduisant le gaspillage alimentaire,
  • En diffusant les bonnes pratiques anti-gaspillage à tous les acteurs de la filière,
  • En créant un réseau pour éviter le gaspillage alimentaire (Régal) pour la Région Île-de-France, afin de fédérer les acteurs de la chaîne alimentaire francilienne.

Descriptif

N°48. Sensibiliser et former les agents de restauration des lycées sur le gaspillage alimentaire

Pour qui ? 

  • Les lycéens.

Comment ? 

  • En réduisant le gaspillage alimentaire,
  • En sensibilisant les responsables des restaurants collectifs et les lycéens en restauration scolaire,
  • En développant les équipements des restaurants scolaires pour rendre l’alimentation à la fois plus variée et plus responsabilisante,
  • En suivant le gaspillage par un système d’information,
  • En formant les agents de restauration à  la lutte contre le gaspillage,
  • En lançant un label régional pour valoriser les efforts des lycées investis dans l’enjeu du gaspillage alimentaire.

 

N°49. Faciliter les échanges de pratiques anti-gaspillage entre chefs de la restauration collective dans les lycées

Pour qui ? 

  • Les personnels de restauration scolaire dans les lycées,
  • Les lycéens.

Comment ? 

  • En réduisant le gaspillage alimentaire,
  • En favorisant l’utilisation de produits franciliens en restauration scolaire,
  • En constituant un réseau d’échange pour les chefs cuisiniers des lycées.

 

N°50. Financer les matériels de cuisine qui contribuent à la lutte contre le gaspillage alimentaire au sein de la restauration

Pour qui ? 

  • Les lycées franciliens.

Comment ? 

  • En soutenant la restauration scolaire des lycées qui investissent pour lutter contre le gaspillage alimentaire,
  • En lançant un projet associant les élèves (formations dans les filières restauration-hôtellerie et design) dans le cadre d’un concours pour imaginer la « cantine » de demain.

 

N°51. Sensibiliser les lycéens à la lutte contre le gaspillage alimentaire

Pour qui ? 

  • Les lycéens.

Comment ?

  • En réduisant le gaspillage alimentaire,
  • En sensibilisant les lycéens de la restauration scolaire au « mieux manger »,
  • En mettant en place des outils pédagogiques dans les lycées,
  • En élaborant des projets pédagogiques dans les lycées contre le gaspillage alimentaire,
  • En organisant des conférences sur le thème du gaspillage alimentaire.

 

N°52. Éducation au goût et aux saisons - Sensibiliser les lycéens au bio, au local, au goût et à la saisonnalité

Pour qui ?

  • Les lycéens.

Comment ? 

  • En menant des campagnes de communication sur le local et le bio dans les lycées,
  • En sensibilisant les Franciliens au « mieux manger » dès le lycée,
  • Favoriser l’utilisation de produits de saison en restauration scolaire,
  • En organisant un concours de lycéens pour sensibiliser au goût et à la saisonnalité,
  • En valorisant des produits locaux et bio dans les restaurants scolaires et des producteurs franciliens dont les produits sont utilisés dans les menus.

 

N°53. Proposer chaque jour un choix de menu végétarien dans les restaurants scolaires des lycées de la Région

Pour qui ?

  • Les lycéens.

Comment ? 

  • En valorisant les denrées alimentaires produites en Île-de-France,
  • En sensibilisant les Franciliens au « mieux manger » dès le lycée,
  • En favorisant l’utilisation de produits de saison en restauration scolaire,
  • En mobilisantles restaurants scolaires en faveur de l’alimentation durable et locale,
  • En expérimentant, à compter de la rentrée 2021, avec un groupe de lycées volontaires, la généralisation d’une alternative végétarienne dans le double choix des menus.

 

N°54. Lutter contre les perturbateurs endocriniens

Pour qui ?

  • Les lycéens,
  • Les agents de la Région.

Comment ? 

  • En réduisant l’exposition aux perturbateurs endocriniens présents dans l’alimentation,
  • En soutenant l’achat de denrées bio dans les restaurants scolaires des lycées,
  • En supprimant le plastique (ustensiles de cuisine et contenants alimentaires pour les liaisons chaudes) dans les restaurants scolaires des lycées, des CFA et du siège de la Région en le remplaçant par des matériaux bio-sourcés.

Le Plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire et ses 5 défis

Consultez les 4 autres défis :

Pour en savoir plus sur le Plan pour une alimentation locale, durable et solidaire :

Manger local : des solutions concrètes pour vous dès maintenant

Vous avez envie de produits locaux et de qualité dans votre assiette ?

  • Rendez-vous sur le service en ligne « Mes produits locaux ». Producteurs en vente directe, AMAP, cueillettes : grâce à sa carte interactive, découvrez les bonnes adresses près de chez vous pour manger mieux. En prime, des informations sur le patrimoine culinaire d’Île-de-France, sur les circuits courts et sur l'impact bénéfique des cultures locales sur l'environnement.