Production ciné-TV soutenue : « Les Damnés de la Commune » sur arte.tv

du mardi 16 mars au jeudi 19 août 2021

Pour les 150 ans de la Commune de Paris, un doc historique raconte l'événement et ses héros à travers des gravures d'époque qui s'animent. Signé Raphaël Meyssan d'après son roman graphique. Aidé par la Région.

Mise à jour 25 mars 2020 - Belle performance d'audience

Le documentaire Les Damnés de la Commune a brillé lors de sa première diffusion sur Arte, le 23 mars 2021. Il a réunit 1,3 million de téléspectateurs, soit  5,6% du public, ce qui est une performance. Bravo à ses équipes  !

À voir à la demande

Les Damnés de la Commune

C'est une révolution qui éclata à Paris le 18 mars 1871 et ne dura que 72 jours avant de se terminer dans le sang et d'être aussitôt effacée de l'histoire officielle. Mais elle est si singulière, si novatrice et ambitieuse sur un plan démocratique et politique, qu'elle servit notamment de modèle à la révolution de 1917 en Russie.

Des gravures d'époque qui s'animent

Pour célébrer les 150 ans de la Commune de Paris, Arte diffuse, ce 23 mars 2021 à 20h50, un documentaire lui-même très singulier dont la Région a soutenu la production (à travers son Fonds de soutien Audiovisuel) : Les Damnés de la Commune, de Raphaël Meyssan.

L'originalité de ce documentaire, qui est adapté du roman graphique éponyme du réalisateur ? C'est un film d'animation exclusivement construit autour de de gravures d'époque. Raphaël Meyssan en a collecté pendant 8 ans des centaines dans des journaux et des livres publiés lors de la Commune.

Une démocratie participative ambitieuse

Après l'insurrection, qui fait suite à l'instauration d'un gouvernement provisoire jugé comme une trahison après l'invasion des Prussiens en septembre 1870, vient l'élection. La Commune de Paris est proclamée le 28 mars 1871. En 2 mois, les Communards instaurent une démocratie participative et expérimentent des réformes sur tous les terrains : social, éducatif (école gratuite et obligatoire), culturel, égalité des sexes, laïcité... 

Des personnages, tous réels, qui reprennent vie

La caméra plonge au cœur de ces dessins à la fois beaux, émouvants et subtilement animés. Puis elle zoome, scrute et caresse pour restituer la tragique épopée dans ses moindres détails.

Des protagonistes tous réels reprennent vie. À commencer par celle qui sert de fil rouge : Victorine, une femme de 30 ans qui a échappé à la répression finale, la Semaine sanglante (20.000 personnes exécutées, 40.000 emprisonnées), et qui a laissé des mémoires.

Les voix de Denis Podalydès, André Dussollier, Sandrine Bonnaire, Yolande Moreau... 

Une douzaine de comédiens de choix prêtent leur voix aux personnages. Parmi eux, Denis Podalydès, André Dussollier, Sandrine Bonnaire, Jacques Weber, Félix Moati et Yolande Moreau dans le rôle de Victorine. 

Simon Abkarian est, quant à lui, le narrateur.

Du souffle narratif et de la rigueur historique

Un roman graphique en 3 tomes

Les Damnés de la Commune

Signés Raphaël Meyssan, les 3 volumes des Damnés de la Commune, sont édités par Delcourt (2017-2019). Disponibles en coffret.

Plus d'infos.

« Le grand défi était de tenir le spectateur en haleine. À l’image de La Jetée, le court métrage de Chris Marker, réalisé à partir de photos, je me suis attaché au souffle de la narration, explique Raphaël Meyssan. Avec le scénariste Marc Herpoux, nous avons travaillé la construction des personnages, le suspense, les rebondissements, tout en restant rigoureux historiquement. »

« L’autre grand défi, poursuit le réalisateur, consistait à rendre ces dessins vivants. Nous l’avons fait par le travail de montage, celui du studio d’animation Miyu. Mais aussi par les bruitages et la formidable bande-son, toute en trompettes et en violons, signée Yan Volsy et Pierre Caillet. »

Une œuvre collective qui vu le jour « grâce à l’enthousiasme et au soutien de la productrice Fabienne Servan-Schreiber », souligne encore Raphaël Meyssan.

Cinéma-audiovisuel : 22 millions d'euros mobilisés par la Région en 2020

La Région a consacré 22 millions d'euros en 2020 au cinéma et à l'audiovisuel pour y préserver la diversité de création et l’emploi.

Ce soutien concerne massivement la production (avec des aides remboursables si les œuvres sont rentables), mais il va aussi de l'écriture à l’exploitation en passant par l’éducation à l’image.

Ainsi, en 2020 :

  • 40 scénaristes ont été aidés dans leur projet d'écriture (pour 500.000 euros au total),
  • 53 films de cinéma et 59 créations pour la télévision (séries, téléfilms unitaires, documentaires, animation) ont été aidés au stade de la production (17 millions d'euros),
  • 45 courts et longs métrages ont été aidés au stade de la finalisation/post-production (1 million d'euros),
  • 50 événements et réseaux cinématographiques franciliens ont été accompagnés,
  • 50.000 lycéens et apprentis franciliens ont suivi une éducation à l’image (voir pour Paris et pour le reste de l'Île-de-France).

Informations pratiques

Adresse

sur Arte et arte.tv

Aide régionale (Fonds de soutien) à venir (à Cinétévé)

Durée : 1h27