Publié le 6 avril 2020
Mis à jour le

Covid-19 : « Si on peut aider depuis le lycée, il faut qu’on le fasse »

Crédit photo : Région Île-de-France

Jean-Marc Voinchet est chef de restauration au lycée Coubertin, à Meaux. Chaque jour, il s'y rend pour contribuer à la solidarité nationale en pleine crise sanitaire. Depuis la fermeture de son établissement, il veille à ce que les denrées stockées servent à ceux qui en ont besoin. Mais pas seulement. Portrait d’un chef resté au front.

Avancer, aider, soulager, assurer une continuité du service public… Voilà ce qui pousse chaque jour Jean-Marc Voinchet à tenir son rang, seul, au lycée Coubertin, à Meaux (77). Le leitmotiv du chef de restauration de cet établissement fermé jusqu'à nouvel ordre : « Si je peux faire plus, je ferai plus. »

Des enfants de soignants et des seniors, bénéficiaires des denrées stockées

Comme il ne peut plus cuisiner dans le lycée, Jean-Marc Voinchet a décidé de faire profiter de son stock de denrées ceux qui en ont besoin. « Dès le début du confinement, j'ai voulu sauver un maximum de marchandises », annonce-t-il.

Il a fourni des petits-déjeuners complets aux enfants des soignants, accueillis dans un collège réquisitionné à proximité : lait, confitures, thé, chocolat, céréales, jus d’orange, commandés initialement pour les internes du lycée. De quoi tenir 3 semaines.

Par ailleurs, les associations locales n’ayant plus assez de bénévoles pour venir récupérer les aliments frais, il a décidé de faire profiter une résidence pour personnes âgées des provisions qu’il allait bientôt devoir jeter. « On a fait 5 ou 6 voyages avec des grosses glacières et on a tout donné », explique-t-il.  Les résidents peuvent ainsi continuer à cuisiner chez eux à moindre coût. 

Soutenir les producteurs franciliens 

Jean-Marc Voinchet continue, comme à son habitude, de prôner les filières courtes. « On a commencé avec des bocaux, des pommes et des jus de fruits de jeunes agriculteurs du coin », se réjouit-il.  Il a ainsi rappelé ses fournisseurs franciliens pour qu’ils puissent vendre aux particuliers des paniers repas extra frais : des cagettes de 8 kg, composées de fruits et légumes, pour moins de 20 euros. C’est un succès : « J'ai déjà 30 personnes qui vont venir chercher leur cagette. 500 œufs et une trentaine de volailles vont aussi arriver. »

Sur l’espace numérique de travail (ENT) régional des lycéens monlycee.net, il va proposer aux équipes pédagogiques de Meaux de se fournir en produits 50% locaux et de saison.

En matière de filières courtes, on a commencé avec des bocaux, des pommes et des jus de fruits de jeunes agriculteurs du coin. »
Jean-Marc Voinchet, chef de restauration au lycée Coubertin de Meaux

Autres denrées rares distribuées : gants, masques et surchaussures 

L'engagement de Jean-Marc Voinchet dans la lutte contre l’épidémie va au-delà de l’approvisionnement alimentaire. Il n’a pas hésité à faire don de ses 100 boîtes de gants à la commune. Sa justification : « Il faut tout faire pour soulager le monde hospitalier et faire repartir l'économie. Quand on est dans la Fonction publique, on est là pour les autres. »

Avec l’accord de sa direction, il a aussi réquisitionné la moitié du stock de gants, masques et surchaussures de la section bio entretien du lycée. « Une voiture pleine de ces équipements a été livrée à l’hôpital d'Orgemont, juste à côté du lycée », précise-t-il. 

Assurer une présence dans le lycée 

En attendant la reprise de cours, le chef de restauration a commencé par nettoyer sa cuisine de fond en comble. Et dans un lycée d'une surface de 11 hectares, les missions d’entretien ne manquent pas. « Il faut une présence dans l'établissement. Moi, je ne bougerai pas d'ici », affirme-t-il. Il s’occupe des extérieurs, vérifie chaque étage et s'assure de la propreté des lieux. Un dévouement professionnel et citoyen sans bornes : « J'appelle mes collègues tous les jours pour savoir si tout va bien. On est 2, 3 cuisiniers à avoir rejoint la réserve sanitaire, au cas où l'hôpital aurait besoin de nous. Si on peut aider, il faut qu'on le fasse. »

La Région recrute dans les lycées