Aides régionales et Services

Appel à projets pour parler d’agriculture aux franciliens

La communication pour parler d’agriculture est une priorité régionale qui a pour objectif de revaloriser les exploitants auprès du grand public. Cela permet de : limiter l’agribashing et créer des vocations pour un public étranger à la profession.

Pour quel type de projet ?

Les objectifs
o Affirmer l’identité agricole de la Région Ile-de-France,
o Mettre en place une communication contre l’agribashing,
o Créer des vocations agricoles auprès du grand public (public non agricole).

Les thématiques abordées
o La fonction alimentaire de l’agriculture et le lien fort et ses filières
         Les filières céréalières et oléoprotéagineuses 
o La fonction alimentaire de l’agriculture et le lien avec le consommateur et la mise en avant : 
         De produits transformés locaux issus des exploitations
agricoles locales avec un focus sur l’élevage
         Des produits d’exploitation bruts (maraîchage,
arboriculture, …)
o Les aménités (environnementales, paysagères, énergie…) des
exploitations
o L’attractivité des métiers, la féminisation du secteur

Le public
o Les jeunes en formation hors filières agricoles
o Les demandeurs d’emploi
o Le grand public urbain et péri-urbain

Qui peut en bénéficier ?

  • Associations
Sont éligibles : les groupements d’acteurs juridiquement constitués intervenant dans le secteur agricole (organisations professionnelles agricoles, associations, fédérations professionnelles, …).

Quelle est la nature de l'aide ?

Les dépenses éligibles sont les dépenses directes de personnel, les frais de déplacement, la location de salles et de matériel nécessaires à la réalisation des actions de communication réalisées dans le cadre de cet appel à projet, les coûts de sous-traitance, s’ils sont directement liés à la réalisation des actions de :
o Etudes et enquêtes pour l’identification des publics et de leurs besoins
o Création/diffusion d’outils de communication
o Organisation/participation à des évènements à destination du grand public (forum métiers, informations collectives
sur l’emploi, …),
o Suivi et évaluation des outils utilisés.
Sont exclus des dépenses éligibles : les frais de réception, les cadeaux, achats de fournitures courantes, les frais de maintenance de site internet ou de mise à jour courante du site.

Le taux maximum d’aide publique : 70 % des dépenses éligibles, plafonné à 150 000 €.

Quelles démarches ?

Les pièces à fournir lors de l’appel à projets :
Présentation et objectifs du projet,
Détail des différents actions de communication en précisant à chaque fois :
     o le public cible concerné et
     o le.s mode.s de communication choisis (matériels publicitaires, conférence de presse, organisation de salons, manifestations, …) et leur adéquation avec la cible,
     o la description de l’action et
     o les moyens mis en oeuvre et les partenaires mobilisés,
L’évaluation par action prévue et les indicateurs de réalisation,
Le calendrier prévisionnel schématique précis pour chaque axe,
Le budget prévisionnel détaillé par action et par ETP,
Le détail de calcul du coût jour le cas échéant.
Le projet devra démontrer sa contribution à une image positive des exploitant.e.s et
l’augmentation de l’attractivité du métier d’agriculteurs.

 

Dépôt du dossier de candidature sur la plateforme des aides régionales : mesdemarches.iledefrance.fr .

 

 

A noter

Les outils de communication et la diffusion devront être adaptés aux cibles (grand public notamment) et devront être intégralement pris en charge par le bénéficiaire. Les outils de communication modernes, immersifs et impliquant directement des exploitant.e.s étant à privilégier.

 

L’appréciation du contenu du projet se fera sur :
o La qualité et la méthodologie proposée,
o Le caractère innovant du projet,
o La qualité de la communication et des actions de promotion,
o La portée géographique de l’action,
o Le plan de financement détaillé action par action.
Pour rappel, ne sont pas considérées comme dépenses éligibles en fonctionnement les dépenses suivantes : frais financiers, crédits bancaires, impôts et taxes, dotations aux amortissements et provisions, contributions volontaires.

Aucune dépense liée au projet ne peut être engagée avant la date de dépôt du dossier.