Carine Isambert

Le projet

Un lieu qui concilie espaces naturels et développement durable, équipements sportifs et espaces de détente, dédié aux amateurs et aux riverains tout en permettant d’accueillir les compétitions du plus haut niveau en aviron et canoë-kayak. Découvrez le projet de réaménagement de l’île de loisirs de Vaires-Torcy en détail et comment il participe au développement et à l’attractivité du territoire.

Les grands objectifs du projet

Loisirs et bien-être

Favoriser le handisport
Des équipements permettant la pratique du handisport sont également prévus. En particulier, une grande partie des chambres seront accessibles de manière à pouvoir accueillir des groupes et des matériels adaptés seront fournis au gestionnaire.

Il s’agit d’offrir un espace de détente de qualité aux riverains et usagers : amélioration de l’accueil du public, réaménagement pour le badminton et le tennis, nouveaux équipements pour le squash et la salle de fitness, nouvel espace dédié aux loisirs nautiques sur les berges du sud de l’île.

Le site bénéficiera d’un nouvel accès depuis le rond-point et sera doté de stationnements supplémentaires. La création d’un nouveau cheminement au nord évitera les conflits d’usage en améliorant les déplacements et permettra de faire le tour du lac.
Une meilleure accessibilité pour les piétons et les vélos ainsi que des équipements permettant la pratique du handisport constituent des éléments structurants du projet.

Harmonie et respect de l’environnement

Biodiversité et paysages remarquables fondent la valeur d’exception du site. C’est pourquoi le projet va renforcer l’harmonie écologique et le potentiel environnemental.
Des espaces naturels accueilleront la faune existante (réaménagement de deux mares), les espaces sauvages et corridors écologiques seront préservés, la zone boisée sera étendue.

Excellence pour le monde sportif

L’objectif est de développer le sport nautique en créant un pôle d’excellence pour le canoë-kayak et l’aviron. L’enjeu : accueillir les fédérations françaises dans les meilleures conditions, pour permettre un entraînement de qualité et les compétitions nationales et internationales.
Les équipements seront à la hauteur de cette ambition :
- création d’un stade d’eau vive composé d’une rivière de compétition et d’une rivière d’entraînement, réaménagement du bassin de course en ligne pour  l’aviron et le canoë-kayak.
- création d’un espace formation avec hébergement, permettant l’accueil des sportifs franciliens, de délégations étrangères mais aussi de stagiaires du Centre de formation francilien des sports nautiques (CFFSN). Ce pôle de 140 lits sera doté de toutes les fonctionnalités pour offrir le meilleur confort possible (lieux de restauration et de vie, salle vidéo, etc.).

Accueillir les compétitions internationales constitue un enjeu majeur pour la Région, en termes de rayonnement, de dynamique sportive et de développement économique. La conception du site répond ainsi à un objectif partagé avec le Centre national pour le développement du sport (CNDS) : concourir au déploiement du sport nautique de haut niveau à travers la création d’un pôle d’excellence pour le canoë-kayak et l’aviron, positionnant le site comme destination de choix pour les athlètes. L’amélioration des équipements est à la hauteur de cette ambition : création d’une rivière en eau vive, d’un bassin de compétition et d’un bassin d’entraînement, installation d’une tour d’arrivée répondant aux normes internationales. Construction, enfin, d’un centre pour l’accueil, l’hébergement, la restauration, la formation des sportifs franciliens, français mais aussi étrangers dans le cadre de stages et des locaux adaptés pour l’entretien, le remisage et le stockage des bateaux.

Dynamisme pour le tourisme et l’économie du territoire

En se dotant d’un pôle d’excellence mondial, la Région va pouvoir organiser des compétitions internationales tout en accueillant les fédérations de canoë-kayak et d’aviron pour l’entraînement régulier des sportifs. Créateur d’emplois (accueil, entretien, animation, hébergement, restauration) et de dynamiques (tourisme, compétitions, formations…), le futur site sera le point d’ancrage d’une énergie nouvelle.

Le centre de formation et d’hébergement de ce nouveau pôle de niveau mondial, avec son potentiel de 140 lits et sa restauration, générera un besoin permanent en personnel formé. L’extension des activités développées par le gestionnaire demandera également l’encadrement de ces nouvelles activités. La protection et l’entretien de l’île représentent eux aussi un vivier d’emplois important. S’y ajouteront les retombées qui seront générées par le tourisme, l’accueil des groupes et du public lors des compétitions ainsi que l’organisation de stages sportifs. Enfin, 20 000 journées de travail sont prévues dans le cadre des travaux de réaménagement et des clauses sociales d’insertion seront intégrées aux marchés de travaux afin de favoriser l’insertion professionnelle des Seine-et-Marnais.

 

Le processus d’élaboration du projet

Les étapes clés du projet
- 2010 > 2011 : études de programmation
- 2011 > 2012 : concours de maîtrise d’œuvre
- Mai 2012 : attribution du marché de maîtrise d’œuvre
- Juin 2012 : lancement de la concertation et des études de maîtrise d’œuvre
- Fin 2012 > mi-2013 : études d’avant-projet (APS et APD)
- Août 2013 : dépôt du permis de construire
- Mars et mai 2014 : présentation du projet aux préfets de région et de Seine-et-Marne

Une concertation préalable au réaménagement de l’île de loisirs a été engagée en 2012 à l’initiative de la Région Île-de-France. Son objectif : présenter au public le projet et recueillir les avis des futurs usagers, riverains, institutions et toutes personnes concernées.
La Région a invité l’ensemble des parties prenantes à concourir à la démarche afin de bâtir un véritable projet partagé. La recherche du consensus est un leitmotiv de la démarche engagée. L’objectif de la Région est de construire un équipement d’intérêt général où les intérêts de tous sont respectés mais également de garantir le droit de chacun à l’information et à la transparence.

Ce sont une demi-douzaine de comités de pilotage (réunissant gestionnaires, utilisateurs, collectivités), près d’une dizaine de réunions avec le monde associatif de défense de l’environnement et le mouvement sportif, deux réunions publiques (Vaires-sur-Marne, 180 participants, Chelles, 40 participants), additionné d’un sondage des riverains mené par le conseil participatif de Marne et Chantereine, qui ont été organisés et ont permis de présenter le projet au plus grand nombre.

Parallèlement, des outils de communication ont été créés et largement diffusés :

  • une campagne de communication locale (médias en Seine-et-Marne) et nationale pendant la phase de préparation du projet ;
  • des dépliants d’information distribués dans les mairies et au sein de l’île de loisirs ;
  • une exposition sous la forme de 5 kakemonos ;
  • des articles publiés sur le site internet de la Région Île-de-France

Une concertation qui a permis de faire évoluer le projet


Cette phase essentielle à la vie du projet a eu des impacts directs et concrets sur celuici puisque différents éléments du dossier ont évolué, permettant de satisfaire les demandes formulées par les acteurs concernés. Certaines des remarques, pertinentes au regard des objectifs définis pour le projet, ont déclenché des études qui ont permis d’apporter des améliorations significatives.
À titre d’exemple, concernant l’accès au futur site, il a été acté à l’issue de la concertation que la berge aménagée aujourd’hui d’un chemin en enrobé, affecté au monde sportif lors des entraînements et des compétitions, sera conservée et complétée d’un second chemin en enrobé drainant affecté uniquement au public. Ce chemin n’aura pas d’impact sur la nature de la berge mais permettra une différenciation des usages.
Autre exemple, l’évolution de la tour d’arrivée. Tout en respectant les normes des compétitions internationales, elle a été spécialement conçue pour s’intégrer dans le paysage. Enfin, pour répondre aux préoccupations des habitants et des associations, la rivière paysagère sera stoppée avant la Marne afin d’éviter la pollution de l’eau du lac par celle de la rivière. La création d’un ponton sur la Marne permettra néanmoins un accès à l’île de loisirs depuis celle-ci.

Ce sont donc des temps de rencontres, denses et constructifs qui ont été proposés par la Région depuis le début de l’année 2012. Ce dialogue va se poursuivre dans les mois et années à venir, pendant toute la durée du chantier de réaménagement de l’île de loisirs et sera maintenu tout au long de la vie du projet, jusqu’à son inauguration.

Une Maison du projet, ouverte en juin 2014, a été mise en place à cette fin. Elle accueille les personnes souhaitant obtenir une information ou donner un avis sur le réaménagement de l’île de loisirs. Un agent d’information y reçoit le public et l’aide à prendre connaissance du projet par le biais d’une exposition et d’une maquette en volume installée sur place. Cette « maison » sera tout au long du chantier un lieu de rencontre et de dialogue ouvert à toutes et tous.

Maison du projet : à l'entrée de l'île, côté Vaires. Mail : projet [dot] vairestorcyatiledefrance [dot] fr