Publié le 28 octobre 2020

AIRE #1 : il se forme pour devenir clown en établissements de soins

AIRE : devenez clown en établissements de soins

Crédit photo : DR

L’Aide individuelle régionale vers l’emploi (AIRE) finance vos formations professionnelles dans de nombreux domaines en Île-de-France. Témoignage d’Hervé Kern, qui suit actuellement, au sein de l'association Le Rire Médecin, une formation de clown à l'hôpital ou en Ehpad.

Le coût d’une formation professionnelle peut parfois être un frein à certaines ambitions ou désirs de reconversion. L’Aide individuelle régionale vers l’emploi (AIRE), qui a fait peau neuve en septembre 2020 (critères d'admission plus souples, droit à la rémunération en tant que stagiaire, ouverture aux créateurs d'entreprise...), vous permet d’y accéder plus facilement en finançant une partie de votre formation.

Témoignage d'Hervé Kern, stagiaire en formation de clown en établissements de soins 

Hervé Kern déguisé en clown
Hervé Kern (52 ans) en habits de clown.

Quel est votre parcours professionnel ?

Hervé Kern : J’ai été intermittent du spectacle pendant 20 ans, comme caméraman et réalisateur de documentaires, puis j’ai travaillé 6 ans dans le social. J’étais référent de quartier dans un centre social municipal. Mon objectif était d’améliorer le bien-être des habitants et de les faire se rencontrer. En parallèle, j’ai effectué des stages de clown. En juin, j’ai été sélectionné pour suivre la formation certifiante de l'association Rire Médecin afin de devenir clown en établissements de soins.

Qu’est-ce qui vous donne envie d’être clown en établissements de soins ?

H. K. : Ce qui m’attire dans ce métier, c'est de pouvoir m’enrichir avec les autres et améliorer leur bien-être. Le clown rencontre une vingtaine d’enfants par jour à l’hôpital, dans leurs chambres, dans les couloirs ou les salles d’attentes pour les faire patienter, les amuser, faire en sorte que le temps passe un peu plus vite ! J’aime voir l’évolution d’un enfant avant et après le numéro de clown. Il y a un rire ou au moins un sourire qui s’installe. 

Quel est le rythme de la formation ?

H. K. : Elle a lieu tous les jours de la semaine, c’est très intensif, très soutenu. La formation dure environ 5 mois sur 1 an et se divise en 3 modules. Actuellement, je termine le premier, qui a duré 2 mois. Nous rencontrons beaucoup d’intervenants, c’est très enrichissant. 

Qu’apprenez-vous auprès des clowns expérimentés ?

H. K. : Nous apprenons les marionnettes, des chansons, le jeu de clown, l’improvisation, comment prendre en compte les parents dans notre jeu, les différences de jeu avec un adolescent ou un enfant de 2 ans. Lors des mises en pratique à l'hôpital nous apprenons l'art de jouer en duo aux côtés de clowns expérimentés.

Nous apprenons aussi à mettre l'enfant en avant lors des jeux et à lui laisser le choix. Par exemple, il est important d'accepter que certains enfants ne veulent pas nous voir. Les clowns sont les seules personnes de l’hôpital auxquelles ils peuvent dire « non ». Ils ne peuvent pas refuser la présence des médecins, des infirmières ou de leurs parents.

Nous sommes confrontés à la maladie, à la souffrance et parfois à la mort. On se sauve pas toujours un enfant, c'est une réalité de la vie. »
Hervé Kern, stagiaire clown en établissements de soins, bénéficiaire de l'AIRE

Il ne s’agit donc pas uniquement d’un apprentissage du jeu de clown ?

H. K. : La formation est très complète, c’est pour cela qu’elle est intense et passionnante. Nous sommes bousculés car cela demande beaucoup d’énergie. Nous sommes confrontés à la maladie, à la souffrance et parfois à la mort. On ne sauve pas toujours un enfant, c’est une réalité de la vie.

Il y a une grande part de psychologie dans la formation. Le personnel médical nous apprend quels sont les cas particuliers, le vocabulaire médical, comment gérer tel virus, les règles d’hygiène, etc. Nous participons vraiment à la vie de l’hôpital. Par exemple, les infirmières peuvent faire appel aux clowns pour divertir ou apaiser l'enfant lorsque qu'elles doivent effectuer des soins douloureux.

Que pourrez-vous faire à l’issue de cette formation ? 

H. K. : Pour la suite, j’ai plusieurs possibilités. Je pourrais intégrer le Rire Médecin en tant que clown. Il s’agit de la première association de clowns à l’hôpital en France. Elle a 29 ans et rassemble un peu plus de 100 clowns en France. C’est également la première qui a proposé une offre de formation.

Je pourrais aussi intégrer directement des établissements, comme des maisons de retraite, pour y être clown. Enfin, je peux créer ma propre association de clowns. Il n’y en a pas tant que ça en France, mais je pense que c’est un métier d’avenir, notamment dans les Ehpad

Comment avez-vous financé votre formation ? 

H. K. : Il a fallu que je trouve rapidement un financement lorsque j’ai su que je pouvais intégrer la formation. Elle coûte 12.000 euros. L’Aide individuelle régionale vers l’emploi (AIRE) couvre pratiquement la moitié des frais. Sans elle je n’aurais pas pu la suivre. J’ai également eu une aide de Pôle Emploi et une autre d'Audiens.

L’Aide individuelle régionale vers l’emploi (AIRE) finance votre formation 

Le dispositif régional AIRE soutient les demandeurs d’emploi franciliens en finançant leur formation professionnelle, de tout niveau, dans de nombreux domaines. Depuis septembre 2020, l’aide a évolué avec des critères d’admissions sont plus souples :

  • Ouverture aux créateurs ou repreneurs d’entreprise inscrits à Pôle emploi,
  • Plus besoin d’une promesse d’embauche,
  • Un plus large choix de formations,
  • Ouverture du droit à la rémunération en tant que stagiaire.

Plus d’infos sur l’Aide individuelle régionale vers l’emploi (AIRE).