La Région souhaite favoriser l’émergence et le développement de tiers-lieux (espaces de travail collaboratif de type coworking, fab labs ou télécentres…) particulièrement dans les espaces ruraux, périurbains et Politique de la ville. L’objectif, affiché dans la stratégie régionale #Leader, est de disposer de 1.000 tiers lieux sur le territoire à l’horizon 2021.
Attention : dépôt de dossier possible à partir de mai 2018.

Objectifs de l'aide

Le développement des tiers-lieux est un moyen concret et rapide d’améliorer les conditions de travail et de vie des Franciliens. L’aide régionale vise à :

  • Créer un maillage territorial équilibré de tiers-lieux à l’échelle régionale,
  • Accompagner l’entrepreneuriat en offrant des petites surfaces de travail aux baux flexibles, et en répondant aux évolutions actuelles du monde du travail (multiplication des travailleurs free-lance, essor des méthodes de travail collaboratives, télétravail…),
  • Désenclaver des territoires avec la création ou le maintien d’activités économiques dans des territoires ruraux ou périurbains,
  • Apporter des services de proximité : THD, wifi, salle(s) de réunion, domiciliation, formation, événementiel, conciergerie, télémédecine…,
  • Permettre une meilleure conciliation des vies professionnelles et personnelles en offrant aux Franciliens une alternative au télétravail à domicile,
  • Lutter contre la fracture numérique, notamment dans les zones encore mal desservies par le Très Haut Débit,
  • Réduire les gaz à effet de serre liés aux déplacements domicile-travail, désengorger les transports routiers et ferrés et diminuer les émissions de CO2.

 

Bénéficiaires

  • Les collectivités locales et leurs groupements,
  • Les établissements publics,
  • Les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche,
  • Les associations,
  • Les entreprises (quels que soient leur taille et leur statut juridique).

 

Critères de sélection des projets

Les candidatures sont sélectionnées au regard des critères suivants :

  • Une localisation du projet participant au maillage équilibré des tiers-lieux à l’échelle régionale, prioritairement dans les territoires ruraux, périurbains ou Politique de la ville,
  • La promotion de l’entrepreneuriat pour des travailleurs indépendants, des petites entreprises, des télétravailleurs, des travailleurs nomades, des acteurs socio-économiques locaux…,
  • La mise à disposition d’équipements ou d’espaces mutualisés (ex : bureaux, ateliers de fabrication numérique, cuisines partagées…),
  • Les services proposés : THD, wifi, salle(s) de réunion, domiciliation, formation, évènementiel, organisation de moments conviviaux ou d’ateliers thématiques, conciergerie, télémédecine, offre culturelle, restauration…,
  • La viabilité économique du projet, avec un modèle économique majoritairement basé sur la location d’espace de travail à destination d’une communauté d’utilisateurs,
  • La qualité des liens avec l’écosystème local,
  • Le caractère incitatif de l’aide régionale.

Facteur clé de la réussite d’un tiers-lieu, une attention particulière est portée à l’animation proposée dans l’espace.

De même, dans la mesure où les tiers-lieux trop petits connaissent des difficultés à stabiliser leur modèle économique, la surface offerte par le local est particulièrement étudiée.

Le dossier de candidature devra notamment contenir : une étude de marché préalable indiquant la présence des tiers-lieux environnants et le public ciblé, les services proposés, une description du local (surface, plan d’aménagement…), le plan d’investissement, le business model avec les grilles tarifaires prévues, l’atteinte de l’équilibre financier, les liens envisagés avec l’écosystème local…

 

Nature des projets soutenus

  • Création d’espaces de travail collaboratif ex nihilo ou en partage,
  • Aide au développement d’une structure existante.

 

Dépenses éligibles

L’aide régionale porte sur les dépenses d’investissement suivantes :

  • Aménagements : modernisation des espaces, aménagement et équipements des locaux, travaux d’aménagement, achat de mobilier, installation de l’infrastructure réseau...,
  • Équipements : machines, équipements industriels, équipements informatiques, y compris logiciels...

Les dépenses de construction (démolition, désamiantage, terrassement, maçonnerie, charpente, menuiseries, serrurerie…), les dépenses liées à l’acquisition de friche ou encore aux honoraires de maîtrise d’œuvre (frais de lancement de la structure, coordonnateur SPS – en matière de sécurité et de protection de la santé –, architecte, bureau de contrôle, géomètre…) ne sont pas éligibles.

De même, les dépenses de fonctionnement n’entrent pas dans le dispositif d’aide.

 

Modalités de l’aide

La Région participe en moyenne à hauteur de 40 % des dépenses d’investissement consacrées aux dépenses d’aménagement et d’équipement.

Un appel à projets sera organisé pour permettre aux porteurs de projets de candidater. Le dépôt de dossier sera possible à partir de mai 2018.

L’attribution de la subvention ainsi que son montant relève de l’appréciation de la Commission permanente du Conseil régional.

 

Infos pratiques

Contact :

gwenaelle [dot] dralou-tanguyatiledefrance [dot] fr