Publié le 4 août 2021

1 an après les explosions de Beyrouth : la Région Île-de-France aide à la reconstruction

Crédit photo : ACTED

En août 2020, une catastrophe meurtrière frappait le port de Beyrouth. En Île-de-France, la mobilisation de la Région et de 141 communes a permis d’entreprendre plusieurs projets d’urgence en matière d’éducation et de santé.

Le 4 août 2020, un incendie se déclarait dans un entrepôt du port de Beyrouth où étaient stockées 2.700 tonnes de nitrate d'ammonium. S'en sont suivies 2 gigantesques explosions qui ont fait 214 morts et 6.000 blessés. Et causé la destruction totale ou partielle de plusieurs quartiers de la capitale libanaise.

Dès le lendemain de la tragédie, la Région Île-de-France s’est mobilisée pour faire face à la situation d’urgence et accompagner la reconstruction. Elle a décidé de renforcer la coopération qui l’unit à Beyrouth depuis plusieurs dizaines d’années, en mettant désormais l’accent sur l'éducation et la santé. 

L’éducation et la santé en priorité

Alors que le pays traverse une grave crise sociale et économique, la Région apporte son soutien aux acteurs de la société civile libanaise dans 2 domaines : 

  • L'éducation et la francophonie

En septembre 2020, la Commission permanente de la Région avait voté une aide exceptionnelle de 350.000 euros pour les écoles et universités francophones du Grand Beyrouth. Cette somme finance des aides à la scolarité pour 6 écoles francophones scolarisant plus de 2.200 élèves et des bourses d’études pour des étudiants de l'Université Saint-Joseph et de l'École supérieure des affaires.

  • La santé et l’humanitaire 

La Région a apporté son soutien à la Croix-Rouge libanaise afin de reconstruire 2 banques du sang détruites par les explosions dans les quartiers de Spears et de Gemmayze. 

@ Croix-Rouge Française

Celle du quartier de Gemmayze, située en plein cœur de la zone la plus sinistrée, a été durement touchée. Des travaux d’urgence ont été réalisés afin de sécuriser le bâtiment. Ils se poursuivent actuellement pour rendre la banque du sang de nouveau opérationnelle début 2022. D’abord, afin de sécuriser les logements de 40 familles et de distribuer des kits alimentaires aux populations vulnérables. Puis, pour réhabiliter 4 établissements sinistrés accueillant des personnes en situation de handicap, ou vivant avec le VIH. 

Enfin, une aide régionale a permis à l'Ordre de Malte d’acheter des équipements médicaux.

Les maires franciliens solidaires de Beyrouth

Créé à l’initiative de la Région, le « Collectif d'élus engagés pour la reconstruction de Beyrouth » a réuni 141 collectivités d'Île-de-France. Il a contribué pour près de 500.000 euros à des projets portés par ACTED, une ONG implantée au Liban.

@ ACTED

Cet élan de solidarité a permis de réhabiliter entièrement 8 logements pour des ménages vulnérables dans le quartier de Gemmayzeh. Mais aussi de fournir des équipements médicaux aux services d’ophtalmologie et d’urologie de l’hôpital public de la Quarantaine, dont l’installation est en cours.

Toujours dans le quartier de la Quarantaine, le plus durement touché par la double explosion, des travaux sont en cours afin de réhabiliter les espaces publics de 2 rues (plantations, installation de mobilier urbain, création de trottoirs, aménagements d’espaces de jeu...).

Enfin, un espace communautaire sera également rénové dans le quartier de Mar Mikhael.

Au total près de 1,5 million d’euros d’aides ont été octroyé à la réalisation de plusieurs projets à Beyrouth depuis le mois d’août 2020.