Publié le 15 octobre 2021

1 an après, la Région Île-de-France s'associe aux hommages rendus à Samuel Paty

Drapeaux au siège de la Région

Crédit photo : Région Île-de-France

La Région Île-de-France participe aux hommages rendus à la mémoire de Samuel Paty, assassiné le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine. Au-delà, elle continue de défendre le principe de laïcité à travers plusieurs actions complémentaires.

La Région réaffirme le droit à la liberté d’expression

Le 19 octobre 2020, lors du Congrès des Régions de France et à la suite de l'assassinat de Samuel Paty, la Région réaffirmait le droit à la liberté d'expression, dont celle de caricaturer. 

À cette occasion, une déclaration solennelle a été rédigée, insistant sur le rôle essentiel de l’école pour lutter contre l’obscurantisme. 

1 an après l'assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (78), la Région s'associe à la série d'hommages rendus à sa mémoire ces 15 et 16 octobre 2021. 

La Région associée à des actions symboliques

Au-delà des célébrations organisées dans les établissements scolaires le 15 octobre 2021, une plaque commémorative sera apposée le 16 octobre 2021 devant l’Hôtel de Rochechouart à Paris (7e), qui accueille le ministère de l’Éducation nationale, et un square portant le nom de Samuel Paty sera inauguré le même jour devant la Sorbonne, à Paris (5e).

Par ailleurs, une minute de silence a été observée au siège de la Région Île-de-France ce  15 octobre 2021 après-midi. Et Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, participera, le 16 octobre 2021, à l'hommage rendu à Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine, la ville où il enseignait.

La Charte régionale des valeurs de la République et de la laïcité

Depuis plusieurs années, la Région Île-de-France est pleinement engagée pour défendre le socle républicain. Un engagement qui se traduit par plusieurs dispositifs mis en œuvre à l’échelle francilienne. 

Adoptée par les élus franciliens le 9 mars 2017, la Charte régionale des valeurs de la République et de la laïcité vise à promouvoir les valeurs du vivre-ensemble.

Celle-ci s'applique : 

  • Aux agents régionaux,
  • Aux partenaires régionaux,
  • Aux bénéficiaires de subventions régionales,
  • Aux usagers des équipements et services publics régionaux.

Le texte voté réaffirme ainsi un certain nombre de principes tels que la neutralité de l’espace public, l’égalité entre les femmes et les hommes, et la lutte contre les discriminations.

Les associations en particulier doivent s'engager à respecter la Charte régionale des valeurs de la République et de la laïcité avant de recevoir n'importe quelle subvention de la Région

« Si l’on veut des subventions, il faut respecter certaines règles. Désormais, toute association qui reçoit des subventions de la Région devra s’engager sur cette charte et dans la prévention de la radicalisation », a résumé Valérie Pécresse, présidente de la Région, en mars 2017.

La Région intervient dans les clubs sportifs...

Dans les clubs sportifs, la Région Île-de-France organise des formations pour apprendre à repérer les signaux faibles d'une radicalisation. Au sein des clubs, les référents régionaux enseignent comment réaliser un diagnostic et apporter une réponse éducative adaptée à la situation.

La formation comprend 2 volets :

  • Les valeurs de la République et la laïcité,
  • La prévention de la radicalisation islamiste.

...Et dans les lycées

Dans les établissements scolaires cette fois, un dispositif régional propose aux enseignants de faire intervenir dans leurs classes des victimes du terrorisme, ou leurs proches lors de conférences, en tant que « Grands témoins contre le terrorisme ».

Parmi ces témoins : 

  • Samuel Sandler, dont le fils et les 2 petits-fils ont été assassinés à Toulouse par Mohammed Merah le 12 avril 2012,
  • Latifa Ibn Ziaten, mère d'Imad, militaire, assassiné à Toulouse par Mohammed Merah le 11 mars 2012,
  • Bilal Mokono, victime de l’attaque au Stade de France qui a précédé la tuerie au Bataclan le 13 novembre 2015.

Grâce à ces témoignages, les lycéens sont sensibilisés aux principes des valeurs de la République et à la prévention sur les questions liées aux phénomènes de radicalisation.

Un autre programme, intitulé « Terrorisme : Et si on écoutait les victimes ? Et si on écoutait les élèves ? » et ayant la forme de conférences-débats, a pour objectif de prémunir les jeunes esprits contre la radicalisation, à remplacer les images médiatiques par des messages d'humanité portés par des victimes, de dialoguer et de transmettre les valeurs de la République.