Caroline Boudet

Simplon.co, la fabrique de codeurs solidaires

À Montreuil, une école pas comme les autres va former au Web, en six mois et avec rémunération, des candidats de tous horizons socio-professionnels.

Passé la grande porte noire métallique de la rue de Vincennes, à Montreuil (93), le XXIe siècle se fond dans un décor industriel désuet. Dans le cadre de cette ancienne fabrique de latex s’est installée récemment la nouvelle « école » du Web, baptisée Simplon.co.

Dès octobre, 24 apprentis codeurs devraient investir les lieux pour s'initier, en six mois, aux bases de la programmation informatique. L’idée a germé fin 2011 dans les cerveaux de deux autodidactes du numériques, Erwan Kezzar et Andrei Vladescu-Olt, qui passaient des week-ends entiers à « bidouiller du code » dans leur colocation parisienne de la rue… Simplon. Quatre mois plus tard, avec l’aide de Frédéric Bardeau, spécialisé dans la communication responsable, et de Victor Defontaine, développeur, leur « fabrique du numérique » est sur les rails.

Profils atypiques dans le monde du Web

Le projet est inspiré d'une école américaine, le Dev Bootcamp, qui forme des programmeurs en langage Ruby en neuf semaines seulement, pour plusieurs milliers de dollars. À Simplon.co, première mondiale : la formation est non seulement gratuite mais rémunérée. Surtout, elle est ouverte particulièrement à des profils « atypiques » dans le monde du Web : « des filles, des jeunes issus de quartiers défavorisés, de zones rurales isolées, des personnes qui n’ont pas forcément fait de grande école… », résume Erwan Kezzar.

Celui-ci est impliqué depuis quatre ans dans Les entretiens de l’excellence, des rencontres entre professionnels et jeunes des quartiers. « J'ai pu rencontrer en Île-de-France des gamins qui, clairement, ont un fort potentiel et ne le développaient pas, soit par manque d’information, soit par autocensure », raconte-t-il. D’où le choix d’un recrutement « atypique ».

Ouvert à tous, diplômés ou pas

Le but de Simplon.co ne sera pas de former des petits génies de l'informatique mais « des gens qui sauront créer des outils à moindre coût pour résoudre, sur le terrain, leurs propres problèmes ou ceux de partenaires ». Avec des profils fortement tournés vers l’économie sociale et solidaire et le monde associatif.

« Les candidatures sont ouvertes à tous, diplômés ou pas », souligne Erwan Kezzar. La preuve avec les deux premiers retenus, Nadia et Benjamin. L'un, à 29 ans, a 12 ans d'expérience professionnelle en tant que commercial, mais, depuis quelques mois au chômage, avait commencé à s'initier seul à la programmation. Son enthousiasme et son envie d'apprendre ont séduit les fondateurs de Simplon : «Il faut casser le “mythe de l’informatique. En six mois, on peut apprendre à faire des logiciels simples ! Pas besoin d'avoir 180 de QI ou de vivre dans une cave pour programmer ! » plaisante-t-il.

Adaptation et persévérance

Nadia, 25 ans et diplômée en informatique, s’est présentée avec en tête une idée bien précise : utiliser la biométrie pour mieux lutter contre les vols de smartphone. « On y a réfléchi, et nous avons quelques projets, notamment concernant l'analphabétisme, qui devraient cadrer avec ton idée», lui lance Erwan Kezzar. L’analphabétisme, loin de la sécurité des smartphones, non ? « Pas tant que ça, sourit-il… On va utiliser son intérêt pour la biométrie. Quand on code, il faut sans cesse s'ajuster, se mettre à jour. À la fin des six mois, le projet de chaque candidat aura beaucoup évolué par rapport à la rentrée. »

Et leurs perspectives, après six mois de formation ? La création d’entreprise sur la base de leur projet personnel, l’emploi – certains pourront devenir formateurs à Simplon.co ou travailler pour les entreprises qui auront passé avec eux un contrat de professionnalisation – ou encore faire essaimer l’idée et, pourquoi pas, créer leur propre « Simplon ».

Les sources de financement de Simplon.co sont : les capitaux apportés par les fondateurs, le mécénat et le sponsoring de grandes entreprises et de PME-PMI, les prestations payantes (formations et agence Web) proposées par Simplon.co et du crowdfunding (levée de fonds par Internet). La Région Île-de-France est un de leurs partenaires institutionnels.

Tags

Hackathon dans les locaux de l'IAU
Article

Inédit : du 22 au 24 mars, la Région invite développeurs, urbanistes et designers à travailler à partir de ses données pour créer des applis.

Organisme associé

L'agence numérique d’Île-de-France accompagne aussi bien les politiques publiques de la Région en la matière que les projets d'entrepreneurs, inventeurs et innovateurs.