Oui
65%
35%
Non
Vote clos

Gaspillage alimentaire: prêt(e) à changer vos habitudes ?

Clôturé le 18 déc.
De la cantine à notre cuisine, le gaspillage alimentaire s’invite à toutes les tables. Vous sentez-vous concerné par ce problème ? Avez-vous modifié, oui ou non, vos habitudes d’achat, la gestion de votre frigo, la préparation de vos repas ? Envisagez-vous de le faire ? On attend votre avis, vos commentaires… et vos conseils pratiques.

Un tiers de la nourriture gaspillée

De la cantine à la cuisine d’un appartement en passant par la salle de restaurant et les rayons des supermarchés, le gaspillage alimentaire s’invite à toutes les tables. Ici, ce sont les portions qui sont mal adaptées, là ce sont des plats qui peinent à séduire le client, parfois ce sont les pauses déjeuner, trop brèves, qui ne permettent pas de terminer un repas, souvent ce sont des doutes sur la conservation possible d’un aliment, ou encore des manipulations excessives de certains fruits ou légumes qui font qu’ils seront délaissés par les acheteurs… Bref, on a tous de très bonnes raisons de jeter... Et les résultats donnent le vertige : à l’échelle de la planète, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) évalue à un tiers la nourriture gaspillée chaque année. À l’échelle européenne, les tonnes de nourritures ainsi détruites permettraient de nourrir 200 millions de personnes. Car comment ne pas faire le rapprochement entre deux phénomènes : tandis que les poubelles débordent avec les restes de table et les produits pas suffisamment présentables pour rester dans le circuit, le nombre de repas servis par les Restos du cœur explose : +27% entre 2007 et 2012.

Des lycées exemplaires

En Île-de-France, les initiatives se multiplient pour inverser la tendance. Ainsi, l’association « De mon assiette à notre planète » accompagne des établissements scolaires pour impulser des bonnes pratiques. Au lycée Jacques-Feyder d’Épinay-sur-Seine (93), les résultats ne se sont pas fait attendre : la réduction du gaspillage alimentaire était de 21%, un mois seulement après le démarrage de l’opération.

Et vous ?

Tous les acteurs de la chaîne alimentaire sont-ils prêts à relever le défi ? Et vous ? Vous sentez-vous concerné par ce problème ? Avez-vous modifié, oui ou non, vos habitudes d’achat, la gestion de votre frigo, la préparation de vos repas ? Quelles ont été vos motivations pour passer à l’action ? Le pouvoir d’achat ? La préservation de l’environnement ? On attend votre avis, et vos commentaires…

Ils alimenteront un article dans notre magazine. Alors n’hésitez pas à nous donner vos conseils pratiques.

Debate comments