La Région lance son plan d’action pour l’apprentissage

Ce 18 février, le Conseil régional a voté une série de mesures fortes pour mener une véritable politique volontariste en faveur de l’apprentissage. Objectif : faire passer le nombre d’apprentis en Île-de-France de 80.000 aujourd’hui à 100.000 en 2021.
Pour télécharger le rapport tel qu'il a été soumis au vote, cliquer ici.
Pour télécharger la délibération, cliquer ici.

Faire de l’apprentissage un levier pour lutter contre le chômage : la recette est souvent énoncée, mais les faits sont là… En Île-de-France, le nombre d’apprentis est en baisse (-6% entre 2012 et 2015), et ce recul est encore plus fort pour les formations de niveaux bac et infra bac (-18,2% ces trois dernières années). Face au chômage endémique des jeunes, Valérie Pécresse refuse de se satisfaire de cette situation dans cette filière de formation qui n’a plus besoin de prouver son efficacité en matière d’insertion professionnelle.

Pour inverser la tendance, la Région a choisi d’actionner tous les leviers qu’elle a à sa disposition et a adopté un plan d’action qui marque une vraie rupture avec la politique menée jusqu’à présent. Parmi les mesures phares :
  • Simplifier les conditions d’ouverture des formations en apprentissage et encourager les demandes d’ouverture de CFA d’entreprise,
  • Refonder de la carte des formations pour coller au plus près des besoins des entreprises et des secteurs en tension,
  • Privilégier les formations les plus prometteuses qui correspondent le mieux à la fois aux besoins des entreprises et aux attentes des jeunes, pour garantir aux apprentis la meilleure insertion professionnelle possible et qui rapprochent leurs lieux de formation de leurs lieux d’habitation,
  • Encourager et organiser l’accompagnement des apprentis par des pairs et des tuteurs,
  • Instaurer un versement rapide des primes d’apprentissage aux employeurs (le premier versement devant intervenir une fois la période d’essai terminée),
  • Instaurer la gratuité de la formation des apprentis au code de la route, du fait de l’importance d’être mobiles entre trois lieux, leur domicile, le CFA et l’entreprise,
  • Créer un portail numérique décliné en application smartphone pour identifier, géolocaliser les lieux de formation et délivrer les informations essentielles sur les formations (nature, qualité, débouché),
  • Revaloriser le statut des apprentis en le rapprochant de celui des étudiants pour les faire bénéficier des mêmes droits,
  • Faciliter l’accès aux aides pour les entreprises qui recrutent des apprentis et favoriser la mise en place d’un Chèque apprentis.

Photo : © Jean-Lionel Dias/Picturetank

Tags