Travailler, se former

Pour lutter contre le chômage, la Région favorise l’insertion professionnelle des jeunes et le développement des compétences et des qualifications des demandeurs d’emploi et des salariés fragilisés. Elle soutient aussi les emplois-tremplin et les emplois d’avenir.
Formation : à l'Afpa

La Région développe des dispositifs qui favorisent tant l’insertion professionnelle des jeunes, par la formation et l’alternance, que le développement des compétences et des qualifications des demandeurs d’emploi et des salariés fragilisés par la crise notamment. Elle apporte par ailleurs son soutien aux dispositifs emplois-tremplin/emplois d’avenir.

Accroître son niveau de qualification

Pour accéder ou revenir à l’emploi, la formation est un atout précieux, quand elle s’insère dans un projet professionnel construit et adapté. La Région propose donc une grande diversité de formations, en complémentarité de celles financées par ses partenaires (État, Pôle emploi, conseils généraux, Agefiph…). Ces dernières permettent d’améliorer les qualifications des Franciliennes et des Franciliens, et ainsi de sécuriser leurs trajectoires professionnelles.

Le programme Compétences : obtenir  une qualification

Ce programme permet aux demandeurs d’emploi franciliens, jeunes et adultes, de continuer un projet professionnel, de se préqualifier ou de préparer un concours, mais surtout d’acquérir un diplôme ou une qualification reconnue dans les secteurs créateurs d’emplois, ou de développer et de mettre à jour des compétences professionnelles. Il donne accès à plus de 550 formations, assurées par 155 organismes sur toute l’Île-de-France, dans 25 secteurs d’activités, à tous les niveaux de diplômes (l’accès aux premiers niveaux de qualifications est prioritaire). Le dispositif se décline en trois catégories de parcours : parcours d’accès à la qualification, parcours certifiants et parcours professionnalisants. Les formations proposées peuvent faire l’objet d’une rémunération sous certaines conditions. Pour 2012-2013, le financement régional, d’un montant de 96,2 millions d'euros, couvre l’ouverture de 21.200 places de formation.

Les chantiers écoles

Grâce aux chantiers écoles, les demandeurs d’emploi qui le souhaitent peuvent acquérir un premier niveau de professionnalisation à l’emploi. Le tout grâce à une méthode active qui permet d’apprendre par la pratique, dans le cadre d’une production collective valorisante.

La VAE : un droit individuel à la formation

Instauré en 2002, le droit individuel à la Validation des acquis de l’expérience (VAE) permet à toute personne engagée dans la vie active de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l’acquisition d’un diplôme ou d’une certification. Mobilisée pour le déploiement de la VAE, la Région organise sur son territoire le réseau des centres et des points d’information et de conseil. Elle soutient en parallèle les candidats. Consciente que l’accompagnement à la VAE favorise l’obtention de la certification visée par le candidat, elle a porté une exigence de qualité de l’accompagnement des centres référencés. Deux programmes régionaux sont consacrés à la VAE : le programme régional d’information et d’entretiens conseils en VAE et le dispositif d’aide individuelle « chéquier VAE ».

Chéquiers qualifiants

En complément des programmes régionaux, la Région accorde des chéquiers qualifiants, soit une aide individuelle de 4.100 euros maximum, délivrés par les conseillers Pôle emploi ou mission locale, pour les formations certifiantes sur les premiers niveaux de qualification ne figurant pas au sein de l’offre régionale existante.

 

Aider les jeunes à acquérir une situation professionnelle

Si la Région Île-de-France dispose d’un système de formation professionnelle ouvert à tous, elle apporte une aide prioritaire aux jeunes. Soucieuse d’offrir à chacun l’opportunité de se former, elle facilite l’insertion dans la vie active et le parcours de formation : simplification des démarches administratives et diagnostic précis des besoins en formation (connaissances, compétences professionnelles et niveau de formation) du bénéficiaire. Chaque année, des milliers de jeunes, sortis du système scolaire sans qualification ni diplôme, bénéficient de dispositifs ou de structures financés par la Région, accessibles dans toute l’Île-de-France.

Le dispositif régional Avenir jeunes

Il s’adresse aux 16-25 ans sortis du système scolaire sans qualification et rencontrant des difficultés à s’insérer durablement dans la vie active. Unique en son genre, ce dispositif dispense un accompagnement modulaire (plusieurs parcours possibles), et est adaptable aux perspectives d’avenir du bénéficiaire. Entièrement financé par la Région, il est prescrit par les missions locales, la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), les bureaux de l’aide sociale à l’enfance (ASE), les CIDJ, les centres d’information et d’orientation (CIO), les points information jeunesse, les Cap emploi et les agences Pôle emploi. Chaque année, 8.500 stagiaires travaillent sur leur projet professionnel, acquièrent ou renforcent leurs compétences. Avenir Jeunes est ouvert aux personnes en situation de handicap.

L’insertion dans la vie active : les structures relais franciliennes

En matière d’orientation professionnelle, la Région Île-de-France anime un ensemble dense de partenaires. Si le réseau Accueil, information et orientation (AIO) se positionne comme l’interlocuteur de référence en matière de conseil en orientation, deux autres types de structures – exclusivement dédiées aux jeunes –, peuvent être sollicités pour coordonner le parcours de formation individuel : les missions locales et les Écoles de la deuxième chance. Ainsi, la Région dispose de trois outils relais, à même de répondre à toutes les situations.

Les filières paramédicales et de travail social : une palette diversifiée de débouchés

Les pénuries de main-d’œuvre, actuelles ou à venir, laissent entrevoir de réelles perspectives d’embauche et de carrière. En charge de la formation initiale des travailleurs sociaux, aides-soignants et sages-femmes, la Région définit et répartit l’offre de formation sur le territoire à travers l’élaboration du Schéma des formations sanitaires et sociales. Elle assure le financement de 23 centres de formation en travail social et de 108 écoles paramédicales, auxquels elle consacre chaque année 150 millions d'euros. En Île-de-France, près de 2.000 étudiants suivent une formation paramédicale ou de sage-femme et 10.000 de travailleur social. Parmi eux, 6.150 sont titulaires d’une bourse régionale. Les formations aux métiers d’auxiliaires de puériculture et d’aide-soignant sont accessibles gratuitement pour les demandeurs d’emploi.

Des aides régionales à la recherche d’emploi :
-    pour se déplacer à moindre frais, la carte Solidarité transport, les chèques mobilité, la gratuité pour les stagiaires de la formation professionnelle âgés de moins de 26 ans ;
-    garde d’enfants : deux chéquiers contenant cinq chèques emploi-service d’une valeur unitaire de 18 euros pour les parents seuls élevant des enfants de moins de 36 mois.

Emplois-tremplin, emplois d’avenir

Créés par la loi du 26 octobre 2012, les Emplois d’avenir proposent à des jeunes peu ou pas qualifiés une première expérience professionnelle et leur ouvrent dans le même temps l’accès à un parcours qualifiant, gage d’une insertion durable sur le marché du travail.

Afin de permettre aux jeunes Franciliens d’entrer pleinement dans ce dispositif, l’État et la Région Île-de-France ont signé une convention. La Région octroie un complément de rémunération pour les employeurs associatifs et appartenant à l’économie sociale et solidaire en complétant le taux de prise en charge de l’État ; en partenariat avec les Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA), elle cofinance la formation des jeunes recrutés par des employeurs notamment du secteur associatif ; enfin, elle apporte son soutien au dispositif emplois d’avenir en s’engageant également en tant qu’employeur.

Crée en 2004, le dispositif Emplois-tremplin a largement participé à la professionnalisation du tissu associatif francilien. Il a également permis de développer un grand nombre d’activités d’utilité sociale à l’intention, notamment, des personnes en difficulté sur notre territoire. Il a été revu en 2012 afin de s’ouvrir à un public plus large tout en s’articulant avec les emplois d’avenir. Le but est aussi de diversifier tant les projets que les structures bénéficiaires en tenant compte du contexte économique et budgétaire auquel elles font face. Globalement, les employeurs concernés perçoivent, sous certaines conditions, un soutien financier durant trois ans correspondant à 75 % du Smic. Les personnes pouvant être rémunérées via le dispositif sont tous les Franciliens au chômage, sans condition d’âge mais sous condition de diplôme pour les 16-25 ans (sinon emplois d’avenir).
 

Aucune formation n’est financée par la Région sur sollicitation directe. Pour en bénéficier, se rapprocher des conseillers Pôle emploi, mission locale, Apec, Cap emploi.

Contacts Région : 0810 18 18 18 (n° Azur)
www.carif-idf.org  www.orientationformation.fr