Se déplacer

Que ce soit sur l’offre, la rénovation du matériel roulant, la qualité de service ou le désenclavement des quartiers, la Région s’attache à agir pour répondre aux attentes des usagers franciliens.

L’action de la Région en faveur des mobilités traduit à la fois la prise en compte de l’urgence, à travers la résorption des points de saturation et de dysfonctionnement les plus criants, et la planification à plus long terme, avec l’ambition de desservir de façon améliorée l’ensemble des territoires. À travers chaque projet qu’elle soutient, la Région veille également à la complémentarité entre les modes de transports, selon les principes du développement durable. Elle s’attache, par un niveau soutenu de contributions publiques et des bénéficiaires toujours plus diversifiés, à maintenir une qualité de service accessible à toutes et tous.

Trois grandes priorités

• Améliorer l’existant, pour permettre aux transports en service de continuer à fonctionner, renforcer leur régularité et offrir de meilleures conditions de voyage aux usagers ;

Créer une offre nouvelle, desservant les territoires mal desservis, voire enclavés, ou adaptée aux nouveaux besoins de mobilité et participant au rééquilibrage entre territoires régionaux tel que porté par le nouveau Schéma directeur de la Région Île-de-France (Sdrif) ;

• Mettre en place une tarification plus juste pour instaurer une plus grande solidarité régionale et tendre vers la mise en place du passe Navigo à tarif unique afin de marquer l’équité territoriale entre tous les usagers.

Le plan du Nouveau Grand Paris

La Région consacre un budget annuel de plus de 1 milliard d’euros aux transports, auquel s’ajoute depuis 2013 le Nouveau Grand Paris et ses plus de 30 milliards d’investissements d’ici à 2030. Ce plan doit permettre de moderniser et de développer le réseau grâce à la réalisation de nombreux chantiers.  

Quatre nouvelles lignes nouvelles de métro sont ainsi programmées : une ligne 15 reliant Noisy-Champs, Champigny Centre, La Défense, Saint-Denis-Pleyel, Rosny-Bois-Perrier ; une ligne 16 allant de Noisy-Champs à Pleyel via Clichy-Montfermeil et Aulnay-sous-Bois ; une ligne 17 de Pleyel au Mesnil Amelot en passant par Le Bourget ; et une ligne 18 d'Orly au plateau de Saclay via Massy-Palaiseau, et qui sera prolongée à Versailles. Baptisé Grand Paris Express, ce vaste chantier se traduit également par des prolongements de lignes de métro existantes : la ligne 14 desservira à terme Saint-Denis-Pleyel et Orly tandis que la ligne 11 ira jusqu'à Noisy-Champs via Rosny-Bois-Perrier.

En parallèle, l’amélioration des transports du quotidien est menée à bien. Parmi les chantiers prévus, on trouve la modernisation des RER B, C et D (2013),  la mise en service du tramway T8 Saint-Denis – Épinay – Villetaneuse (2014), la rénovation de la station Châtelet (2016), la prolongation de la ligne 14 du métro jusqu’à Mairie de Saint-Ouen (2017) et la construction d’une nouvelle branche du tramway T4 Clichy-Montfermeil (2017).

Des mesures tarifaires

Dans le domaine tarifaire, une première étape dans le processus d’unification des tarifs a été franchie depuis le 1er septembre 2012 avec la mise en œuvre du dézonage le week-end et les jours fériés pour les porteurs des abonnements Navigo mensuels et annuels ainsi que les bénéficiaires de la carte « Solidarité transport mois ». La deuxième étape a eu lieu début 2013 avec la mise en œuvre du complément de parcours. Accessible aux abonnés Navigo, Imagine'R et Améthyste sortant de leur périmètre en semaine, cette mesure permet de ne payer que le prix du voyage situé hors abonnement. Le dézonage du passe Navigo a ensuite été étendu à l'été. Par ailleurs, la Région continue de financer des mesures de gratuité ou de réduction (tarification sociale, Imagine R et gratuité en faveur des jeunes en insertion).

Des modes de circulation doux

Outre le recours croissant aux transports en commun depuis le début des années 2000, la marche s’est elle aussi développée. Une pratique encouragée par la Région qui  contribue à l’essor des zones limitées à 30 km/h en ville. De plus en plus répandues, elles font cohabiter de façon apaisée piétons, cyclistes et automobilistes via l’élargissement des trottoirs ou encore l’instauration de double sens cyclables.

Car les cyclistes sont eux aussi plus nombreux sur les routes. Cela s'explique entre autres par l’apparition des systèmes de vélos en libre-service, tel que Vélib’, et le développement des pistes cyclables. En 2011, le réseau s’étendait sur 2.400 km contre 1.275 km en 1999. 1.100 km supplémentaires sont prévus d’ici à 2020 dans le cadre du Plan de déplacement urbain (PDUIF).

Le fret

Le développement durable du territoire régional francilien nécessite l’utilisation accrue des modes de transport de marchandises alternatifs. Par conséquent, la Région entend valoriser le fret ferré et fluvial en soutenant de nombreuses initiatives (modernisation des grandes plateformes logistiques, amélioration et modernisation des voies navigables, électrification de lignes ferroviaires, etc) dans le but de réduire la part du fret routier.

Accessibilité et transports des personnes à mobilité réduite

En 2011, avec le Syndicat des transports d’Île-de-France et les opérateurs, la Région s’est engagée en faveur du programme de mise en accessibilité du réseau ferré. Ce programme porte sur un financement global pluriannuel de 1,4 million d‘euros, financé à hauteur de 25% par la Région. Elle poursuit également son engagement au côté des départements pour le déplacement des personnes à mobilité réduite à travers le dispositif « PAM 2 ».